ÉDITO

 

Photographie : Portrait de Marie de Saint Blanquat, présidente du GIAA.

 

Chers amis,

En ce début de printemps, je tiens à vous faire part des satisfactions du moment. Certes, le beau temps est de retour, mais je veux surtout vous parler du Forum de Partage d’Expériences Professionnelles du 16 mars dernier, annoncé dans le précédent QSLD : coup d’essai ou coup de maître ? Je serai modeste…

Il y a des années que nous caressions ce projet de rencontre entre déficients visuels en poste avec d’autres déficients visuels, en cours d’orientation, de recherche ou de repositionnement professionnel. Ce sont les 20 ans de la C.T.P. - Commission des Techniques Professionnelles - qui nous ont enfin donné l’occasion de mettre en place cet évènement ; je remercie tout particulièrement ici les quatre animateurs des tables rondes ainsi que les autres membres de la commission qui ont fait fonction de témoins pour alimenter les débats, exposant leur carrière et répondant aux intérêts ou inquiétudes divers des participants. Belle soirée, en somme, dont nous n’avons pas fini de tirer les conséquences.

 

Par ailleurs, la préparation de l’Assemblée générale est aussi dans l’actualité du GIAA. Elle se tiendra le dimanche 19 juin à Bordeaux, avec, la veille, une croisière sur l’estuaire de la Gironde. Les membres du GIAA recevront sous peu un courrier préliminaire à ce sujet. Enfin, j’attire votre attention sur un autre point fort venant du GIAA Aquitaine : Tintin au Tibet en CD Daisy, un pur bonheur, de 7 à 77 ans, pour ceux qui ont pu le lire autrefois et pour les autres…

 

Je vous laisse maintenant découvrir notre nouveau numéro du « Qu’on Se Le Dise » dans lequel vous trouverez la seconde partie du dossier consacré à l’amblyopie.

Je vous souhaite une très bonne lecture.

 

Marie de Saint Blanquat

Présidente du GIAA

 


DOSSIER : SECONDE PARTIE

 

 

 

Amblyopie et malvoyance

 

 

Illustration : photographie d'une petite fille avec ses jolies lunettes colorées.

Le dépistage de l'amblyopie devrait être systématique avant l'âge de 3 ou 4 ans

 

 

 

 

Ce dossier comprend les articles suivants :

Aspects médicaux de l’amblyopie - Dr. Christophe Orssaud

Les déficients visuels : les oubliés du droit français - Philippe Chazal

L’élève malvoyant et l’accès aux apprentissages - Michèle Collat

S’accomplir dans l’effort - Entretien avec Sylvain Nivard


L’amblyopie aujourd’hui (suite)

Colette Marsan

Médecin des hôpitaux et rédacteur en chef du QSLD

Une première série d’articles consacrés au thème « Amblyopie/Malvoyance » a fait l’objet du dossier de notre QSLD de janvier-février 2011. Nos lecteurs ont pu y discerner le flou des définitions et la grande variabilité des informations véhiculées par les médias. Il est apparu indispensable de ne pas dissocier trop schématiquement Amblyopie et Malvoyance. Après l’état des lieux, le présent dossier se veut plus constructif, tourné vers l’avenir par :

- Un diagnostic plus précoce. Le Docteur Christophe Orssaud, chef de service à l’Hôpital Georges Pompidou, à Paris, nous enseigne que, jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, « il est possible de rééduquer l’amblyopie, ce qui explique le caractère de « semi-urgence » de son dépistage et de sa prise en charge. ».

- Une législation plus dynamique. Philippe Chazal, Président de la CFPSAA, regrette que : « Les personnes atteintes de déficience visuelle profonde, bien qu’elles soient trente fois plus nombreuses que celles totalement aveugles, sont les premières victimes de cette uniformisation du droit et restent « invisibles en droit français, comme elles le sont trop souvent dans la société ». Le Comité de rédaction du QSLD n’a pas sollicité les institutionnels. On connaissait leur réponse : « Si nous avions eu les moyens… ».

- Un enseignement mieux adapté. Michèle Collat, vice-présidente du GPEAA, nous montre comment, en milieu ordinaire, « une nouvelle approche de la déficience visuelle est apparue depuis peu, abordant cette notion non plus en termes de manques mais en terme de possibilités… ».

- Les handicapés visuels aussi dépassent leur handicap. Sylvain Nivard, ingénieur chez IBM, interviewé par Alain Masson, nous donne, que l’on soit voyant ou malvoyant, une belle leçon de volonté et d’énergie en mettant l’accent sur le dépassement de soi par le sport.

 

Tous les acteurs de ce dossier, bien que chargés de lourdes responsabilités dans leur vie professionnelle, ont accepté avec une spontanéité dont on ne sait comment les remercier, de répondre à notre appel et, aussi, de se contraindre à fournir à la rédaction des textes rédigés de façon à être acceptables sans modifications sur les cinq supports dont le GIAA se fait une spécialité : noir, braille, CD-audio, gros caractères, Internet.


Aspects médicaux de l’amblyopie

Dr. Christophe ORSSAUD

Consultation d’Ophtalmologie, HEGP, AP-HP

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Necker – Enfants Malades, AP-HP

Introduction et définition 

On a confirmé que l’amblyopie est un trouble de maturation des voies optiques provenant d’un œil ou, plus rarement, des deux, ainsi que des aires corticales qui lui sont associées et qui participent à l’analyse de la vision comme le confirme l’imagerie fonctionnelle in-vivo.

Elle est secondaire soit à une anomalie organique affectant le globe oculaire ou les voies optiques, soit à des interactions binoculaires anormales, avec compétition entre les informations provenant de chaque œil ; l’un devenant « dominant » tandis que l’autre est « dominé ».

C’est pourquoi il est différencié 3 formes d’amblyopie selon qu’il existe une cause organique, une privation visuelle (obstacle sur l’axe optique tel une cataracte), ou une anomalie fonctionnelle. Ce dernier groupe inclut les amblyopies liées à un strabisme ou à une anisométropie, c'est-à-dire à une différence de réfraction ou correction optique entre les deux yeux.

L’amblyopie est le plus souvent unilatérale lorsqu’elle est fonctionnelle. Elle est plutôt bilatérale dans les formes organiques. Elle se manifeste par une absence de développement de l’acuité visuelle (AV) de l’œil dominé ou sa diminution après un développement normal. Mais, cette différence d’AV entre chaque œil, qui doit être supérieure à 2 dixièmes (on parle également de 2 lignes d’acuité visuelle par référence aux lignes lues lors des tests de mesure d’AV), n’en est pas la seule anomalie. Il est également noté un déficit de la sensibilité aux contrastes, de la vision binoculaire, de la stéréoscopie ou de la localisation spatiale.

L’amblyopie peut apparaître pendant la période dite critique du développement qui s’étend jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans.

C’est également au cours de cette même période qu’il est possible de rééduquer l’amblyopie, ce qui explique le caractère de « semi-urgence » de son dépistage et de sa prise en charge. En ce sens, l’amblyopie constitue un problème de santé publique.

Épidémiologie et profondeur de l’amblyopie

L’amblyopie est la principale cause de basse vision unilatérale chez l'enfant. Sa prévalence serait comprise entre 3 et 5 % chez les enfants de moins de 6 ans. Les amblyopies fonctionnelles sont les plus fréquemment rencontrées.

L’étiologie la plus fréquente de celles-ci est représentée par le strabisme, suivie par l’anisométropie.

Une amblyopie est classifiée en fonction de sa profondeur, c'est-à-dire en fonction de l’AV de l’œil dominé. L’amblyopie est dite « relative » lorsqu’il est retrouvé une différence de deux lignes entre les deux yeux. Elle est « légère » quand l’AV de l’œil dominé est supérieure à 4/10, « moyenne » quand elle est comprise entre une 1/10 et 4/10 et « sévère » lorsque cet œil voit moins de 1/10.

Dépistage et mise en évidence 

L’amblyopie devant être prise en charge avant l’âge de 6 ans, son dépistage précoce est un temps essentiel.

Or, dans bien des cas, l’enfant a un comportement visuel normal pour son entourage bien qu’il ne voie que de l’œil dominant.

L’existence d’une anomalie oculaire ou d’un strabisme doit faire rechercher une amblyopie.

Il en est de même en cas d’amblyopie dans la famille puisque les facteurs amblyogènes sont volontiers héréditaires. Le dépistage de l’amblyopie devrait être systématique avant l’âge de 3 ou 4 ans. Ce dépistage peut s’effectuer en mesurant la réfraction de l’enfant à l’aide d’appareils spéciaux (autoréfractomètres, photoréfraction, …) sans aucune préparation.

Mire avec des lettres écrites de plus en plus petit, aussi appelée échelles Monoyer, qui permet de déterminer le degré de malvoyance.

Les valeurs recueillies sont parfois fluctuantes et imprécises pour des amétropies sortant des « normes ». Néanmoins, il s’agit d’une méthode intéressante alliant une simplicité de réalisation à des résultats suffisamment sensibles.

 

Mais, l’amblyopie ne sera confirmée qu’à la suite d’un examen ophtalmologique et orthoptique complet. Il peut être noté des signes indirects d’amblyopie, tel que le signe de la toupie au cours duquel l’enfant va regarder de son œil dominant un objet, quel que soit le côté de présentation.

Pour ce faire, il effectue un grand mouvement de tête (mouvement de toupie) pour fixer l’objet lorsqu’il est présenté du côté de l’œil dominé. Il peut également être retrouvé la présence d’anomalies de la vision binoculaire. Différentes méthodes d’évaluation ou de mesure peuvent également être utilisées en fonction de l’âge de l’enfant. Mais, c’est bien souvent la mesure précise de la réfraction de l’enfant, après avoir empêché le cristallin d’accommoder à l’aide de collyres, qui permet d’affirmer le diagnostic, notamment à l’âge préverbal. Enfin, le bilan ophtalmologique doit s’attacher à retrouver une cause organique à cette amblyopie, celle-ci réduisant les possibilités de récupération visuelle.

Rééducation de l’amblyopie 

La rééducation de l’amblyopie doit être terminée avant l’âge de 6 ans. Au-delà de cet âge, elle devient difficile, beaucoup plus longue et contraignante. Cette rééducation nécessite d’abord que les parents en aient compris l’importance et l’urgence. Leur « éducation » reste un temps essentiel. Il faut ensuite corriger par lunettes la totalité des anomalies réfractives de l’enfant.

Rappelons qu’avant 6 ans, les CPAM prennent en charge autant de lunettes que nécessaire puis elles remboursent une paire par an jusqu’à l’âge de 20 ans.

Illustration : lunettes posées sur une mire.

Le principe du traitement consiste à forcer l’œil dominé à travailler en empêchant l’œil dominant de regarder. Pour ce faire, plusieurs options sont possibles, en fonction de l’âge de l’enfant et de la profondeur de l’amblyopie. La première d’entre elles consiste à occlure jour et nuit l’œil dominant à l’aide d’un pansement adhésif spécial jusqu’à obtention d’une quasi-isoacuité visuelle de loin. Il faut en moyenne 4 à 6 semaines.

Cette occlusion permanente nécessite une surveillance pour vérifier que cet œil dominant ne devienne pas amblyope à son tour.

Une autre option thérapeutique consiste à occlure uniquement cet œil dominant quelques heures par jour. Le traitement est alors moins contraignant. Mais il est également souvent plus long.

Il peut être également proposé de pénaliser l’œil dominant à l’aide d’un filtre abaissant sa vision à un niveau prédéterminé ou à l’aide d’une sur-correction optique unilatérale. Enfin, la pénalisation peut être réalisée en instillant de l’atropine dans l’œil dominant.

 

Dès lors qu’une AV égale aux deux yeux a été obtenue, il faut continuer à éviter que ne s’installe une « compétition » entre eux afin d’éviter une rechute d’amblyopie. C’est pourquoi des traitements d’entretien (pénalisation optique ou occlusion intermittente) sont volontiers poursuivis jusqu’à l’âge de 8 à 10 ans.

 

 


Les déficients visuels: les oubliés du droit français

Philippe CHAZAL

Président de la CFPSAA

Description: portrait de Philippe Chazal, président de la CFPSAA.

Il a fallu attendre le début du siècle dernier pour que le législateur français adopte des mesures en faveur des personnes handicapées, d’abord pour indemniser les blessés de guerre, puis les victimes d’accidents du travail. Depuis lors, cinq textes législatifs fondamentaux ont permis d’améliorer sensiblement l’insertion sociale de ces personnes dans notre société.

Cinq textes législatifs fondamentaux

- la loi du 2 août 1949 (dite « loi Cordonnier ») créant l’allocation de compensation aux grands infirmes travailleurs ;

 - celle du 23 novembre 1957 qui a créé les ateliers protégés et posé le principe que devait être considérée comme travailleur handicapé « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite d’une insuffisance ou d’une diminution de ses capacités physiques ou mentales »

 - la loi d’orientation du 30 juin 1975 qui a fait de l’intégration sociale des personnes handicapées une « obligation nationale » et a institué les COTOREP ainsi que la garantie de ressources pour les travailleurs handicapés ;

 - la loi du 10 juillet 1987 qui a renforcé la législation antérieure en prévoyant une obligation d’emploi en faveur des travailleurs handicapés ;

 - enfin, la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » dont le titre même reflète les ambitions, texte aujourd’hui fondamental dans notre droit positif.

Si chacun de ces textes a permis des avancées importantes dans son domaine d’application, tous restent très généraux et concernent l’ensemble des personnes handicapées sans distinction. On parle ainsi d’ « inclusion scolaire des enfants et adolescents handicapés », on réclame à juste titre une meilleure formation des enseignants, sans tenir compte des différences de moyens à mettre en œuvre pour accueillir en classe un enfant atteint de cécité, de surdité, en fauteuil roulant ou handicapé intellectuel. Pire, depuis 2005, pour évaluer le quota d’emploi des travailleurs handicapés au sein des entreprises/administrations, on ne prend plus en compte la gravité du handicap dont chacun est porteur, ce qui réduit considérablement les possibilités d’embauche des salariés lourdement handicapés.

Adaptation de la loi « Cordonnier »

Ce sont les aveugles qui, les premiers, ont obtenu une disposition de la loi « Cordonnier » leur attribuant une aide forfaitaire spécifiquement liée à leur handicap, tant celui-ci était jugé comme « grave » par la population. Il fallut déployer bien des efforts en 1977 pour que le décret du 31 décembre conserve ce forfait, encore davantage en 2005 où, beaucoup d’entre nous s’en souviennent, ce n’est qu’une menace de grève de la faim qui fit « plier » le Gouvernement. En 2009, le décret précisant clairement la nature forfaitaire de l’aide humaine accordée aux aveugles dans le cadre de la Prestation de compensation du handicap (PCH) n’obtint pas un avis favorable du Conseil national Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH), certaines associations estimant que ce forfait était contraire à l’esprit de la loi de 2005.

Plan « déficients visuels » - 2008

Le plan « déficients visuels » présenté en juin 2008 fut l’aboutissement d’une demande de la CFPSAA au Délégué Interministériel alors en charge du handicap, afin que soient pris en compte les besoins particuliers de cette population. Il n’a hélàs à ce jour que peu de résultats tangibles.

Les personnes atteintes de déficience visuelle profonde, bien qu’elles soient trente fois plus nombreuses que celles totalement aveugles, sont les premières victimes de cette uniformisation du droit et restent « invisibles » en droit français, comme elles le sont trop souvent dans la société. Il faut dire que par crainte des préjugés, les déficients visuels cherchent le plus longtemps possible à cacher leur handicap, en effectuant seuls, au prix de gros efforts, des activités de la vie quotidienne : lecture, courses, déplacements... Pourtant, comme tel est le cas dans certains pays européens (Italie), il serait souhaitable que les malvoyants profonds obtiennent l’attribution d’un forfait venant compenser les surcoûts difficilement évaluables liés à leur handicap : ceci n’est pas envisagé actuellement. De même, les aménagements de la voierie, des bâtiments recevant du public, du poste de travail, devraient obligatoirement prendre en compte les facteurs visuels tels que contrastes des couleurs, éclairage. En matière d’accès à la lecture, nous notons avec satisfaction que la loi du 1er août 2006, dite loi DADVSI, a ouvert l’exception au droit d’auteur non seulement aux personnes handicapées au sens de la loi de 2005, mais aussi à celles « empêchées de lire après correction », ce qui est un pas en avant.

En sens inverse, la suppression en 2005 de la mention « canne blanche » figurant antérieurement sur la carte d’invalidité des déficients visuels profonds a réduit la visibilité de ceux-ci sans toutefois leur supprimer d’avantages substantiels.

Conclusion

En conclusion, pour que leurs besoins spécifiques soient pris en compte tant par le législateur que par toute personne ou organisme ayant à en connaître, les personnes atteintes d’une déficience visuelle grave, ne doivent pas hésiter à les exposer clairement. C’est le but par exemple du « projet de vie » présenté en CDAPH (Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées), qui doit faire clairement apparaître les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne, ce doit être l’objet des interventions de nos associations au sein des Commissions Communales d’Accessibilité, ce doit être le sens de nos débats avec les parlementaires lors de la préparation de textes législatifs.

La CFPSAA en a bien conscience mais ne peut agir seule, sans l’appui, au quotidien, des personnes concernées.


L’élève malvoyant et l’accès aux apprentissages

Michèle Collat

Professeur des écoles honoraire à l’INSHEA, Vice présidente du GPEAA

Parallèlement à l’évolution des pratiques pédagogiques en milieu ordinaire, une nouvelle approche de la déficience visuelle est apparue depuis peu, abordant cette notion non plus en terme de manques mais en terme de possibilités, non plus en terme de réparation mais en terme de réhabilitation, l’accent devant être porté sur l’importance de la vision résiduelle et de son utilisation. Peu à peu, l’élève déficient visuel sera considéré comme « malvoyant » mais quand même « voyant ».

Ceci concerne particulièrement les déficients visuels profonds qui seraient actuellement définis comme ayant des possibilités visuelles mais ne sachant pas les utiliser. Cela a pour conséquences qu’ils ne sont plus scolarisés systématiquement en braille et qu’ils bénéficient d’une éducation de leur vision fonctionnelle et, partant, de leurs potentialités visuelles.

Il est admis actuellement que les critères objectifs qui définissent réglementairement cinq catégories de déficiences visuelles allant de la cécité absolue à la déficience visuelle modérée et qui impliquent, à des degrés divers, l’utilisation de la vision, des autres sens et des techniques palliatives, ne suffisent pas pour déterminer le retentissement que celle-ci va avoir sur l’élève et sur ses apprentissages scolaires.

Retentissement de la malvoyance sur les apprentissages ?

Actuellement, la scolarisation d’un élève handicapé en milieu ordinaire, depuis longtemps privilégiée, est réaffirmée dans la récente loi du 11 février 2005. Si les avantages d’une politique d’intégration en terme d’apprentissages et de conquête de l’autonomie sont reconnus, l’élève déficient visuel va être confronté à une situation paradoxale : il doit aborder les mêmes contenus que ses camarades, souvent au même rythme, mais des obstacles vont surgir liés aux difficultés de prises d’informations visuelles et de transmission, par l’écrit, de ses connaissances dans un environnement où, au départ, rien n’est prévu pour lui. Si tous les contenus doivent être abordés et appropriés par l’élève, celui-ci va rencontrer des difficultés liées à la lecture, à l’écriture et au passage lecture/écriture/lecture qu’il va retrouver dans toute situation d’apprentissage.

Adaptations

Pour compenser ces aspects négatifs, des adaptations vont devoir être mises en place : adaptation des lieux d’accueil, adaptation des supports de travail, recours à des aides techniques de plus en plus diversifiées (télé agrandisseurs, synthèses vocales, ordinateurs, caméras, barre de capture d’écrits …), adaptation des démarches et des pratiques pédagogiques de la part des différents acteurs de l’intégration.

Ces aides incontournables et indispensables doivent être pensées en fonction des besoins d’un élève particulier à un moment particulier de sa scolarité ; elles doivent pouvoir être modifiées en fonction de l’évolution dans le temps des capacités de l’élève ; elles doivent pouvoir être renforcées ou allégées.

Ceci ne va pas de soi car le groupe des malvoyants est très hétérogène. Une déficience visuelle aura un retentissement différent, selon la pathologie constatée, selon sa gravité, selon qu’elle est congénitale ou acquise, tôt ou tardivement, isolée ou associée à une autre pathologie ou à des troubles réactionnels. La vision n’est pas identique chez toutes les personnes malvoyantes, c’est ce que Claude Schepens appelle « la grande nébuleuse de la malvoyance » (Claude Schepens, 1972). Cette incertitude dans laquelle se trouve l’enseignant, rend complexe la mise en place de ces adaptations pédagogiques, chaque enfant étant un cas bien particulier à comprendre et à aider.

Les différents aspects de la déficience visuelle de l’enfant

Pour y parvenir il est indispensable de prendre en compte différents aspects de la déficience visuelle de l’enfant, objectifs, subjectifs et comportementaux :

Aspects objectifs : l’élève déficient visuel avec son acuité visuelle réduite et son champ visuel amputé est en difficulté dans toutes les situations rencontrés au cours de la journée, sociales ou pédagogiques. Il faut être attentif, à l’organisation du cadre de la classe, à la place de l’élève au sein de celle-ci, à la qualité des documents qui lui sont proposés, suffisamment agrandis, bien contrastés, débarrassés des informations inutiles ou « illisibles » pour lui. Même s’il faut être exigeant sur l’apprentissage des contenus, il faut accepter une certaine lenteur d’exécution, une qualité d’écriture médiocre, une production d’écrits réduite, des modalités d’évaluation diversifiées (écrites mais aussi orales quand le contenu le permet), l’utilisation de techniques de travail particulières, en particulier celle de l’informatique.

Aspects subjectifs : apparaît ici la notion de l’élève comme sujet unique pris dans sa globalité ayant une histoire, une personnalité, un contexte familial, des expériences, des ressources personnelles qui lui permettent d’utiliser ses capacités et de développer des compétences selon des modalités qui lui sont propres. Rappelons les plus importantes : attention, attention auditive, concentration, mémoire visuelle, mais aussi, mémoire auditive, mémoire tactile, mémoire topologique, mémoire kinesthésique, aptitude à communiquer oralement, capacité d’abstraction, d’intériorisation, de verbalisation.

Aspects comportementaux : la situation de l’élève déficient visuel intégré est complexe et quelquefois mal vécue par lui ; en effet on lui demande d’apprendre au milieu des autres, mais on met en place une logistique, certes indispensable, mais qui le marginalise et dont il ne mesure pas toujours le bien-fondé. L’immersion dans le monde des voyants lui demande trop d’attention et de concentration, les stratégies compensatoires plus fréquemment sollicitées suscitent de la fatigue, la nécessité de brèves interruptions, de la lenteur, des manifestations de découragement, l’apparition de comportements parasites (agitations, blindismes*), qui déconcertent l’enseignant. La surcharge cognitive représentée peut entraîner des attitudes qu’il est bon de repérer et d’analyser si l’on ne veut pas aboutir à des attitudes de rejets massifs.

*blindisme : troubles comportementaux caractérisés par des balancements de la personne.

Conclusion

Tenir compte de toutes ces données est un défi complexe. Pour garantir autant que faire se peut la réussite de la scolarisation de cet élève particulier il est indispensable de lui assurer le meilleur confort visuel possible. Les adaptations mises en place lui apporteront le plaisir de voir et par conséquent le désir de voir. Il acquerra ainsi une efficacité visuelle optimale qui lui permettra de mener à bien l’ensemble de ses apprentissages et de meubler au mieux son cerveau d’images visuelles les plus précises possibles.

Contact : michele.collat@orange.fr

S’accomplir dans l’effort

Entretien avec Sylvain NIVARD

Ingénieur commercial chez IBM, administrateur du GIAA.

Ingénieur commercial chez IBM, âgé de cinquante ans, Sylvain Nivard est aussi administrateur du GIAA et chargé, à la CFPSAA (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes), des relations avec les pouvoirs publics en matière culturelle.

Il précise ici comment concilier cécité et activité sportive régulière.

 

QSLD – Quels sports pratiquez-vous ?

Sylvain Nivard (S. N.) – Je suis curieux de nature et j’aime découvrir des choses nouvelles. J’ai toujours saisi l’occasion de tenter de nouvelles activités. Ainsi, j’ai sauté en parachute,  attaché à un élastique, apprécié l’escalade et l’alpinisme… J’ai volé en parapente, essayé le ski nautique comme la plongée sous-marine… Parfois, un peu de golf et, plus régulièrement, de l’équitation, de la course à pied, du ski et de la natation. J’ai encore un peu tâté du tennis, mais là, il faut l’avouer, sans grande réussite !

QSLD – Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

S.N. - Par exemple au ski, que j’ai eu la chance de pouvoir commencer jeune, alors que je n’étais encore que malvoyant, j’ai pu apprendre à saisir le sens de la pente. Maintenant, je ne peux glisser qu’avec un accompagnant derrière moi pour m’indiquer : « À droite, à gauche, stop ou en avant », s’il y a du verglas, des crevasses, etc. Ce guide m’aide à éviter les obstacles, les autres skieurs, etc.

QSLD – Autrement dit, un compagnon voyant vous est donc nécessaire ?

S.N. – C’est-à-dire que, si on fait de la musculation ou de l’haltérophilie en salle, comme courir sur un tapis roulant ou pédaler sur un vélo d’appartement, là, on n’a besoin de personne. Mais ce n’est pas ma conception du sport, qui appelle contact avec la nature et confrontation aux autres. Et qui est aussi pour moi synonyme de dépassement de soi, de toujours s’encourager à améliorer ses propres performances en se comparant, en rivalisant éventuellement avec d’autres. En ce sens, le sport est également un vecteur d’intégration citoyenne.

Bien-sûr, quand mon cousin m’entraîne vers un parcours de golf, je reste un piètre concurrent. Il faut bien m’indiquer la position de la balle, la distance du trou, l’orientation à donner au club. Sur dix coups, j’en ferai peut-être un magnifique, trois potables et six nuls ! Mais c’est une question d’entraînement. Au Japon, par exemple, j’ai rencontré un aveugle qui, jouant tous les jours, avait acquis un swing remarquable, grâce, justement à cette régularité.

QSLD – Et les sports collectifs, vous y êtes vous lancé ?

S.N. - Non, pas vraiment ; question de temps, de disponibilité. Étant enfant, et déjà malvoyant, je vous l’ai dit, il y avait le foot, naturellement. Lorsqu’il fallait achever la composition de l’équipe, on me choisissait toujours en dernier. Les copains me confiaient la garde du but. Quand l’adversaire attaquait, on me prévenait, je me précipitais alors en poussant un grand cri : « Boouuuuhhh », pour effrayer l’attaquant. Du coup, parfois il ratait son tir, d’autres fois, c’était moi qui ratais le ballon !

Aujourd’hui, j’ai suffisamment d’activités pour ne pas rester dans un groupe étroit de sportifs aveugles. Le club d’athlétisme d’IBM où je travaille me permet de me joindre à un groupe de coureurs à pied, deux ou trois fois par semaine, à l’heure du déjeuner. Il importe d’être ponctuel car, si je rate le rendez-vous du groupe, je ne sais comment, seul, rattraper le trajet.

Sylvain Nivard  participant au relais de la flamme olympique à travers Paris le 25 juin 2004. Sylvain, vêtu de blanc, est au centre avec Éric, son accompagnateur, à droite et habillé de bleu.

La course reste pour moi un véritable exercice de courage, je cherche en permanence à repousser ma limite, à battre mon propre record. Je suis ainsi parvenu à courir le marathon en 3 heures 30 et j’en suis fier. Outre le goût de se dépenser, je crois qu’il est essentiel de se donner un objectif et de tout mettre en œuvre pour l’atteindre. De plus, cet effort provoque une saine fatigue qui aide à éviter tension nerveuse et insomnie. En somme, comme on dit : « Ça vous vide la tête » ! 

Voyage de noces en tandem !

QSLD – Votre épouse partage-t-elle toutes ces activités ?

S.N. – Catherine est très courageuse aussi, peut-être un peu moins endurante que moi, qui m’épanouit dans l’effort. Par exemple, je garde de fabuleux souvenirs d’expédition en peau de phoque, l’été, sur les pentes de Chamonix. Jusqu’à plus de quatre mille mètres d’altitude, du côté du Mont-Blanc du Tacul, sur les glaciers, etc. Le Père Noël nous ayant offert un tandem, avec mon épouse, il y a trois ans, nous avons fait notre voyage de noces en pédalant ensemble le long de la Loire, de Blois à Nantes, portant la tente pour camper, et aussi fait quelques haltes dans de bonnes auberges… Je peux vous assurer que, lorsqu’une côte se présente, ma femme y lance toute son énergie et ne met pas pied à terre ! Elle voit, moi pas, mais on mouline en harmonie ! 

QSLD – Quels conseils prodiguer à l’aveugle qui ne sait vers quelle activité physique se diriger ?

S.N. - Le plus compliqué, c’est peut-être de trouver le bon guide qui vous permettra de vous accomplir en vous aidant judicieusement et en facilitant votre réussite dans l’effort. Il faut quelqu’un de performant, d’un niveau comparable au vôtre et, surtout, prêt à donner de son temps et de sa vigilance. Ce qui implique une vraie générosité envers le non-voyant. Dans le village du Cher dont je suis devenu le maire, j’ai longtemps cherché, essuyé quelques refus, problèmes de disponibilité, d’assurance et autres. Et puis, j’ai rencontré un sportif bénévole ; au début, ça pouvait s’apparenter à une B.A., une bonne action, que de m’accompagner à courir. Et maintenant, malgré nos différences, on partage un vrai plaisir à transpirer ensemble, germe potentiel d’une véritable amitié entre celui qui voit et l’autre. En tout cas, se noue une relation riche de complicité.

Une dernière chose me paraît importante : le côté fierté, le fait de parvenir à accomplir des choses qui paraissent banales aux non handicapés. C’est aussi une forte motivation qui doit inciter chacun à ne rester ni inerte, ni isolé.

Propos recueillis par Alain Masson, Journaliste au GIAA

Contact


ACTUALITÉS

Actu récentes

Les droits des handicapés visuels au Parlement Européen

Parlement européen P7C050 - 13 Avril 2011

Le parlement européen consacre une séance de travail à l’accès à la culture et au droit à la lecture des personnes handicapées visuelles. Nous espérons pouvoir en rendre compte dans notre prochain QSLD.

 

Communiqué de la CFPSAA - 8 février 2011

Philippe Chazal - Président de la CFPSAA

Un nouvel affront fait aux travailleurs déficients visuels bénéficiaires de l'AAH

Depuis le 1er janvier dernier les bénéficiaires de l'Allocation aux Adultes Handicapés qui exercent une activité professionnelle en milieu ordinaire de travail, sont tenus d'adresser chaque trimestre à la Caisse d'Allocation Familiale dont ils relèvent une déclaration de ressources (DTR) sous peine de la suppression de leur allocation.

Sur demande expresse de Mesdames Bachelot et Montchamp, un Comité de suivi a été installé afin d'évaluer les conditions de mise en place de cette réforme et d'éviter tout désagrément pour les personnes concernées. Lors de la seconde réunion de ce comité le 7 février, la Caisse Nationale des Allocations Familiales a informé la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) qu'elle ne disposait pas des crédits nécessaires pour produire en format audio des documents d'information communiqués en écriture ordinaire aux allocataires.

La production des 300 CD demandée par la CFPSAA revient à 500 euros.

Priver ainsi des personnes aveugles ou gravement déficientes visuelles de l'accès à une information indispensable pour compléter leur DTR est un nouvel affront inacceptable qui leur est fait, estime la CFPSAA, soutenue par l'ensemble des associations représentatives des personnes handicapées présentes à la réunion.

Dans ces conditions, la CFPSAA demande à toute personne concernée de retourner la DTR en écriture braille sous pli recommandé avec avis de réception pour éviter que les Caisses affirment ne pas avoir reçu le document et suspendent le versement de la prestation.

 

Optic 2000 et HandiCaPZéro lancent une rubrique Basse Vision

Optic 2000 s’associe à HandiCaPZéro et ouvre sur le site handicapzero.org une rubrique basse vision entièrement dédiée à l’information et au conseil des personnes malvoyantes.

En France, 3 millions de personnes sont concernées par une perte de performance visuelle qui ne peut plus se corriger avec de simples lunettes.

Où trouver du matériel adapté ? À quel opticien spécialiste basse vision s’adresser ? Existe-t-il des prises en charge spécifiques ? Comment mieux comprendre et vivre avec sa malvoyance ? Existe-t-il des espaces d’informations pour les personnes malvoyantes et leur entourage ?

C’est pour apporter des réponses à toutes ces questions qu’Optic 2000, qui investit depuis plus de 10 ans dans la prise en charge de la malvoyance, a choisi de rejoindre HandiCaPZéro pour proposer cette nouvelle source d’informations.

Les personnes malvoyantes pourront, notamment, y découvrir le centre Basse Vision Cecom, un espace d’information et de conseils sur la basse vision, accessible gratuitement.

Elles y trouveront l’annuaire des centres agréés spécialistes Basse Vision Optic 2000, des magasins d’optique spécialement adaptés qui proposent des aides visuelles spécifiques.

Elles pourront, également, consulter un catalogue détaillé des aides et équipements techniques destiné à leur faciliter la vie quotidienne, ainsi que les démarches à suivre pour les financer.

Contact

Retrouvez la rubrique Optic 2000 sur www.handicapzero.org, dans l’espace Santé, rubrique basse vision.

 

Tintin au Tibet : Première bande dessinée adaptée en audio

Le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes lance la première bande dessinée adaptée pour… aveugles ou malvoyants ! Lire l’article complet dans la rubrique « La Vie du GIAA ».

Actu loisirs

Théâtre Nanterre-Amandiers

Mille orphelins

Texte de Laurent Gaudé

Conception, musique et mise en scène de Roland Auzet les 28, 29 et 30 avril et 5, 6 et 7 mai 2011 à 20h30 - Durée du spectacle 1h20.

En partenariat avec Accès Culture, la représentation scolaire du jeudi 5 mai à 14h30 est équipée du système d’audio-description permettant d’accueillir des personnes mal ou non-voyantes.

Mille orphelins est un projet de théâtre musical qui réunit André Wilms, la Maîtrise de Radio France (chœur d’enfants) et les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Sofi Jeannin. La Maîtrise de Radio France raconte, au-delà de son travail artistique d’excellence, une histoire nouvelle, que tous ces enfants, issus des villes de Bondy et Paris, incarnent avec une présence, un engagement, une vitalité, exemplaires.

Ce projet raconte, à travers les mots de Laurent Gaudé et l’œuvre musicale de Roland Auzet, un récit fait d’une multitude de visages, tous porteurs d’histoires singulières.

Contact

Catalina DIAZ-LECOQ - Relations publiques

Tél. : 01.46.14.70.12.

c.diaz@amandiers.com

La ligne droite

Film de Régis Wargnier avec Rachida Brakni, Cyril Descours, Clémentine Célarié

Date de sortie : 9 mars 2011 - Durée : 1h38

Sortie de prison, une ancienne athlète (Rachida Brakni) devient la guide d'un sprinteur aveugle. À travers les complications du handicap et des sentiments, ils apprennent à courir ensemble, attachés.

Le cinéaste a réussi à intercaler entre deux courses et à filmer en direct au Stade de France, devant 85 000 spectateurs venus en juillet dernier assister à la finale du meeting athlétisme Areva, la séquence consacrée au 400 mètres pour non-voyants, montrant ainsi un coureur non voyant et son accompagnatrice reliée à lui par une mince cordelette qui court à ses côtés

La partie documentaire sur le sport des handicapés est la meilleure du film, nourrie par la passion de Wargnier pour l'athlétisme.

Le film a déjà fait l’objet d’une retransmission en audio description (cinéma Arlequin, Paris)

Accès Culture

Accès Culture nous rappelle que son adresse Internet est : accesculture.org pour le site global. L'extension accès culture/spectacles.org correspond à la recherche d’un spectacle en audio description dans les 40 théâtres et Opéras français.

Tél. : 01.53.06.53.74.

Autres spectacles adaptés

Théâtre national de Chaillot - Le cas Jekyll – 12, 13,14 mai à 20h30

Opéra de Paris - Les noces de Figaro – 21 et 31 mai à 19h30, 5 juin à 14h30

Théâtre des Champs Elysées - Idomeneo – 19 juin à 17h

Opéra Comique - Les Brigands – 26 juin à 15h, 27 et 30 juin à 20h

Théâtre de la colline

Mademoiselle Julie d’August Strinberg, mise en scène Christian Schiaretti

Dimanche 29 mai à 15h30 et mardi 7 juin à 19h30

Contact

Christelle Longequeue – Tél. : 01.44.62.52.12 – Mail : c.longequeue@colline.fr

 

Le Livre Vert de ma Beauté 2011 Yves Rocher

Le Livre Vert de ma Beauté 2011 vient de paraître en braille et en audio.

Yves Rocher s’associe à HandiCaPZéro pour que chaque femme aveugle ou malvoyante ait accès à la beauté. Pour toutes ces femmes, le Livre Vert de ma Beauté est adapté afin de leur offrir un accès en toute autonomie aux nouveaux produits de soins, de maquillage et aux parfums.

Le Livre Vert est disponible en braille et également sur CD audio (format Daisy). La version audio est également téléchargeable en ligne à partir du site Yves Rocher.

Un conseil à retenir, un produit à découvrir : l'auditrice choisit ce qu'elle a envie d'écouter, en allant d'un chapitre à l'autre, en posant des signets pour accéder directement à ses contenus. Avec ce format, l'écoute se fait sélective, comme si on feuilletait un magazine.

Contact

Disponible gratuitement sur simple appel auprès d'HandiCaPZéro

Tél. numéro vert 0.800.39.39.51 - Courriel : contact@handicapzero.org

3 Suisses

3 Suisses lance son catalogue en braille pour les non-voyants

3 Suisses a édité son catalogue printemps été 2011 en braille, caractères agrandis et audio description.

Un service téléphonique dédié a été mis en place : des conseillers spécialement formés prennent le temps d’écouter et d’accompagner le client déficient visuel.

Ce catalogue est diffusé gratuitement sur demande via les 35 espaces et boutiques 3 Suisses, par mail auprès de ingrid@3suisses.fr ou par téléphone au 0.892.350.520.

Un concept co-construit avec les déficients visuels et les associations

Né d’une rencontre d’une collaboratrice 3 Suisses avec une femme d’exception ayant perdu la vue accidentellement et élaboré en partenariat avec un important réseau d’associations de déficients visuels : VOIR ENSEMBLE, HandiCaPZéro, Association Valentin Haüy, UNADEV (Union NAtionale des Déficients Visuels) et GIAA (Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes).

D’autres initiatives ont été développées dans le même esprit : un défilé de mode a été commenté en audio description «live » lors de la présentation de collection printemps-été 2011 à Paris le 18 Novembre 2010.

Reste à espérer que la concurrence prenne exemple sur cette belle initiative !

Formule 1 saison 2011, HandiCaPZéro informe les fans déficients visuels

Durant le Championnat du Monde 2011 de Formule 1, l’association HandiCaPZéro adapte toute l’information sur la compétition aux personnes aveugles et malvoyantes.

C’est d’abord un magazine qui détaille ce qu’il faut savoir sur la saison : circuits, écuries, pilotes, nouvelle réglementation, commenté par Jean Louis Moncet et Thibault Larue. Côté interviews, Éric Boullier, Directeur Lotus Renault GP et Jérôme d’Ambrosio, nouveau pilote chez Virgin, répondent aux questions de l’association.

Changement important cette saison pour les fans déficients visuels : les formats proposés.

La version braille bien sûre, l’audio sur CD toujours mais sous une nouvelle forme. Du MP3, l’audio passe au Daisy, un format dédié qui facilite l’écoute sélective. Nouveauté également l’audio se télécharge à partir du site.

Handicap Zéro, championnat du monde de F1, saison 2011 Couverture de l'édition braille.
Photographie d’un circuit futuriste sur la Lune.

Enfin, c’est une première, le magazine se lit en très grand avec une version en caractères agrandis pour répondre aux attentes de nombreux fans.

Les résultats accessibles sur handicapzero.org

C’est aussi, à l’issue de chaque grand prix, l’accessibilité des résultats en ligne (podium, classements pilotes et écuries) sur handicapzero.org - rubrique Formule 1 saison 2011. Bonus dans cette même rubrique : l’avis après course d’un spécialiste ou d’un amateur !

Pour obtenir un exemplaire gratuit en braille, caractères agrandis ou audio :

-          Commandez en ligne sur handicapzero.org, espace sport - rubrique Formule 1 saison 2011 « recevoir l’édition adaptée ».

-          Appelez le numéro vert de l’association 0800.39.39.51 (appel gratuit depuis un poste fixe en France Métropolitaine).

-          Téléchargez le contenu audio dans « magazine » à partir de « télécharger au format Daisy »

Expédié gratuitement dans toute l’Europe et les pays francophones.

Voyage en Ardèche avec VOIR ENSEMBLE

Voir Ensemble fait part de son voyage annuel en Ardèche du 30 mai au 2 juin 2011.

Contact 

Voir Ensemble, Comité de Corrèze - Mme Lucien – Tél. : 05 55.26.46.79

Courriel : odile.amardeilh@orange.fr

Actu culture

Musée du Louvre

Nouvelle présentation de la galerie tactile : Enfances

Le 4 mai 2011 s’ouvrira la cinquième édition de la galerie tactile.

Ayant pour thème l’Enfance, cette nouvelle exposition présentera des œuvres de Jean-Baptiste Pigalle, Etienne-Maurice Falconet, Jean-Antoine Houdon ou Germain Pilon. Ces sculptures montreront les différents visages de l’enfant tour à tour menaçant ou espiègle, mais aussi visage de L’Amour chez les romains et Séraphins, ou Enfant Jésus chez les chrétiens.

Etienne-Maurice FALCONET, L'Amour menaçant.
Sculpture d’un ange vu de profil l’index de la main droite touchant le nez.
1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert

La galerie tactile est le seul endroit du musée où le visiteur est invité à toucher les sculptures. Les œuvres présentées sont des moulages, en plâtre, en résine, en bronze, de sculptures dont les originaux sont pour la plupart exposés au Louvre. Elles sont accompagnées de cartels en braille et en gros caractères ainsi que d’échantillons du matériau de l’œuvre originale permettant aux visiteurs d’appréhender le travail du sculpteur sur la matière.

Les sculptures sont présentées sur des consoles continues que l’on peut suivre à la main, la plupart disposant même de socles tournants.

La galerie tactile est ouverte à tous, et pas seulement aux personnes aveugles ou malvoyantes. Le musée souhaite à travers ce nouveau thème encore plus développer la vocation pédagogique de cet espace et son utilisation par les écoles.

L’exposition de la galerie tactile sur le thème de l’enfance bénéficie du soutien de la Fondation Réunica Prévoyance.

Musée du Louvre - Visites descriptives

Samedi 7 mai – 14h30 – Le Jeune Mendiant, de Murillo

Samedi 25 juin – 14h30 - Les nouvelles salles d’art grec et la Vénus de Milo

Cité de l’architecture et du patrimoine

Visite tactile des expositions « la ville fertile » et « jardiner la ville », samedi 28 mai à 11H15.

Cette visite permet d’appréhender le dialogue entre ville et nature par une approche tactile dans le monde végétal et urbain d’aujourd’hui et de demain.

Elle offre un aperçu de l’ingéniosité déployée par les citoyens pour rendre leurs villes plus « habitables » : jardins partagés, sur les toits, façades végétalisées, fermes urbaines, aménagement de friches.

Une matériauthèque constituée de pierres, terres et végétaux donne l’occasion de découvrir et toucher les matériaux de la nature présents dans les villes. Le propos sera enrichi par des anecdotes croustillantes sur nos « voisins », les animaux qui peuplent la ville.

Durée de la visite : 1h30

Contact

1 Place du Trocadéro - 75016 Paris. Tél. : 01 58 51 52 00

 

27èmes rencontres nationales de l’IRRP (association Information Recherche Rétinite Pigmentaire) – Bessèges, Gard, du 2 au 5 juin 2011

Renseignements : Tél. IRRP 04.66.55.78.95.

Site Internet www.irrp.asso.fr ou mail : contact@irrp.asso.fr


LA VIE DU GIAA

Le musée de Libourne est décrypté

Béatrix Alessandrini

Présidente Délégation Aquitaine du GIAA 

Vue de la ville de Bordeaux

Le 15 mars 2011, débutait à Libourne la Semaine du Handicap. En présence du Maire de la Ville, Monsieur Gilbert Mitterrand et des élus et responsables de la vie sociale et associative, l’accessibilité était à l’honneur au Musée des Beaux-Arts.

Nous avions, quelques mois auparavant, travaillé avec le Conservateur du Musée de la Ville sur la description de 15 tableaux. Puis, ce fut l’enregistrement par des voix différentes pour varier les effets et rendre encore plus attractive cette description.

« Lors de la présentation, lorsque les voix amplifiées par les haut-parleurs s’élevèrent et que le public très attentif dit sa satisfaction, nous avons pensé : « FIERTÉ ».

Oui, nous étions très fiers car certains dans l’assemblée déclarèrent que, même clairvoyants, il leur était très agréable d’avoir à leur disposition l’explication des tableaux. Le CD est accessible à tous. Que cela soit utile à tous : c’était notre but.

Le handicap, moteur de progrès social, voilà une idée neuve qui sied bien à notre association. »

Contact

Patricia Nouvel, Secrétariat. Courriel : contact.aquitaine@giaa.org 

Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes

Délégation Aquitaine

14, rue de La Réole - 33800 BORDEAUX - Tél. : 05.56.31.48.48.

Permanence du lundi au jeudi de 9 heures à 17h30

 

Musée des beaux-arts

42, place Abel Surchamp, 33500 Libourne

Tél. : 05.57.55.33.44.


Éditions sonores du GIAA

Découvrez les livres et revues adaptés du GIAA

Abonnez-vous dès maintenant aux offres du Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes pour l’année 2011 :

La Librairie Sonore et Braille

Accédez à plus de 20 000 livres audio et braille. Bénéficiez également du service d’adaptation à la demande : enregistrement audio, transcription en braille ou gros caractères et numérisation de documents.

Le Kiosque Sonore en ligne ou CD

16 revues audio sur CD DAISY ou en téléchargement dont Le Point, Géo, 30 Millions d’Amis, Prions en Eglise, Santé Magazine et Le Monde des ados,…

Le Kiosque Braille

7 revues jeunesse et adulte en Braille dont Ma Petite Revue (7-10 ans), Sapajou (8-12 ans), 2000 Points (12-16 ans), Qu’on Se Le Dise (revue des membres du GIAA), Bulletin Pédagogique (bulletin des professeurs et éducateurs d’enfants déficients visuels), Santé Famille Magazine et Prions en Église.

Toutes ces revues (braille ou audio) sont soumises à différentes tarifications selon leur périodicité. Recevez un exemplaire gratuit sur demande au 01.47.34.30.00.

Qu’est-ce que l’audio description d’un film ?

Extraits de la charte de l’audio description, information communiquée par Claire Paris

Responsable du service des éditions sonores

L’audio description est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes, voire un public plus large. Il s’agit d’un travail de description à part entière. Provoquer l’émotion par la verbalisation. Environ 60 à 70 heures de travail sont nécessaires, hors enregistrement, pour la description d’un film de 90 minutes.

Le procédé : l’audio description consiste à décrire les éléments visuels d’une œuvre cinématographique au public non voyant et malvoyant, pour lui donner les éléments essentiels à la compréhension de l’œuvre (décors, personnages, actions, gestuelle). Le texte enregistré est calé entre les dialogues et les bruitages et mixé avec le son original de l’œuvre.

Public concerné : personnes aveugles (environ 77 000) et malvoyantes (environ 1,2 million ayant une acuité visuelle inférieure à 3/10ème après correction). Peuvent s’ajouter les personnes âgées dont les capacités cognitives déclinent, les malades pour lesquels la cadence des images est parfois pesante, les étrangers dans leur apprentissage de la langue, et pour tout public voyant qui écoute un film sans pouvoir le regarder (par exemple, en voiture).

Programmes concernés : l’audio description concerne tout style de films, téléfilms et documentaires, les désirs et les goûts des personnes déficientes visuelles étant aussi variés que ceux d’une audience voyante.

Principes suivis dans le cadre d’audio description : respect de l’oeuvre, objectivité, respect de l’auditeur. La description doit contenir les quatre descriptions principales. Qui ? Où ? Quand ? Quoi ?

Comment s’abonner à la Librairie Sonore (CD audio) ?

Certains lecteurs du QSLD nous demandent comment recevoir des livres en format CD audio ? Qu’ils trouvent ci-dessous un bref mode d’emploi. Bien entendu nous demeurons à leur disposition par téléphone tous les après-midi au 01.47.34.30.00.

Il est nécessaire de s’abonner

-          par téléphone : 01.47.34.30.00. Poste 124 l’après-midi ;

-          par courrier postal : GIAA – Librairie Sonore – 5 avenue Daniel Lesueur – 75007 Paris ;

-          par courriel : giaa@giaa.org ;

-          un bulletin d’abonnement figure sur notre site (à retourner accompagné de votre règlement).

Dès qu’il est abonné, le lecteur reçoit un catalogue en noir.

Une fois abonné, comment choisir les CD ? Comment faire part de son (ses) choix ?

Le lecteur fait son choix à partir du catalogue qu’il a reçu en s’abonnant. Il en fait part au GIAA par courriel ou par téléphone, courrier postal ou sur le catalogue en ligne.

Comment reçoit-on les CD ? Combien à la fois ? 

5 CD (Livres audio). Par courrier postal.

Combien de temps peut-on garder un CD ?

Pas de délai fixe. Rester raisonnable. Au fur et à mesure des retours nous envoyons au lecteur d’autres livres audio de sa liste.

Comment renvoie-t-on les livres audio au GIAA ?

Dans des enveloppes « navettes » dans lesquelles ils sont arrivés.

Quelles sont les conditions de l’abonnement (prix forfait annuel ou par livre) ?

Montant de l’abonnement annuel : 50 Euros (versement par chèque)

L’abonnement annuel donne droit à 2500 pages de lecture. Il donne droit également à faire enregistrer 2500 pages de livres de son choix.

Cas particuliers : livres urgents (médecins, étudiants…), dépassement du quota de 2500 pages, livres non retournés ou égarés… : renseignements par téléphone tous les après-midi.

Note : le QSLD publie dans chaque numéro les dernières nouveautés DAISY. Dans l’ensemble des numéros 2010, vous avez donc trouvé toutes les nouveautés de l’année.

Tintin au Tibet : première bande dessinée adaptée en audio

Le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes lance la première bande dessinée adaptée pour … aveugles ou malvoyants !

Description: Visuel de la couverture initiale de Tintin modifiée.
Trois silhouettes de marcheurs entament l'ascension d'une montagne en suivant des traces de pas gigantesques, probablement celles d'un yéti.
Les silhouettes reprennent les visuels de la déficience visuelle que l'on trouve sur les étiquettes de franchise postale par exemple, ici équipées de sacs et piolets.

Déficients visuels, vous pouvez dès maintenant accompagner Tintin dans ses aventures rocambolesques.

Tout a commencé par une banale discussion entre personnes déficientes visuelles, certaines ayant déjà vu, d’autres jamais.

L’intérêt suscité par la description de Tintin, de son inséparable Milou, du capitaine Haddock… nous a fait prendre conscience d’un manque à combler.

Sur un « chiche ! », la délégation Aquitaine du GIAA, s’est lancée dans cette entreprise osée.

C’est ainsi qu’est né au format audio « Tintin au Tibet ».

Laissez-vous embarquer par cette version audio décrite de Tintin au Tibet dont vous pouvez découvrir un extrait en exclusivité sur le site du GIAA : www.giaa.org rubrique « À la une ».

Disponible dès maintenant sur CD audio, il est proposé aux abonnés de l’association dans toute la France. Il est également disponible à la vente exclusivement pour les personnes déficientes visuelles au prix de 18 euros sur demande au GIAA de Paris (siège) :

5 avenue Daniel Lesueur – 75007 Paris - Tél. : 01.47.34.30.00.

La bande dessinée audio décrite : comment ça marche?

L’ampleur de la tâche n’aura pas découragé les membres de l’association, au contraire !

« Il fallait dans un premier temps décrire les images une à une, enregistrer ensuite ce texte qui constitue la voix off sur laquelle le lecteur bénévole a inséré les dialogues. Les personnages sont plus vrais que nature, une vraie distraction et une création dont nous sommes très fiers. » Beatrix Alessandrini, directrice de la délégation Aquitaine du GIAA.

Un nouvel album est actuellement en cours d’adaptation ; il devrait voir le jour pour le 2nd trimestre 2011.


Hier et Demain au GIAA

Marie de Saint-Blanquat

Présidente du GIAA

Hier : le Forum de partage d’expériences professionnelles. Paris, Cité des Sciences, 16 mars 2011.

QSLD vous présente cet événement en quelques mots et quelques chiffres :

-          Quatre tables rondes animées par des membres déficients visuels en poste dans des professions libérales et artistiques avec Gretta Gibus, dans l’industrie avec Sylvain Nivard, dans la banque et l’assurance avec Nicolas d’Hérouville et enfin dans l’administration, avec Hervé Rihal.

-          Deux séances par table ronde afin que les participants puissent bénéficier au mieux des échanges.

-          Une cinquantaine de «visiteurs», tant déficients visuels qu’acteurs de l’emploi.

L’équipe du Club emploi a accompagné ces différentes tables rondes et c’est Véronique Moutiez, sa responsable, qui en a tiré une première synthèse à chaud.

Les retours, positifs dans l’ensemble, sont très porteurs et sont un encouragement à reproduire ce genre de manifestation.

Demain : l’Assemblée générale du GIAA - Bordeaux 18-19 juin 2011.

L’Assemblée générale du GIAA se tiendra à Bordeaux cette année, les 18 et 19 juin, comme annoncé dans l’éditorial.

Mais contrairement à l’habitude, nous avons inversé l’emploi du temps : en effet, à cette date, est organisée la Fête du Fleuve et la délégation Aquitaine nous a proposé de faire une croisière sur la Gironde avec visite du Fort de Blaye, repas, musique et autres distractions. Nous aurions besoin de recevoir les préinscriptions pour cette croisière, sachant que le coût de l’ensemble est de 55 euros et que cela nécessite d’arriver à Bordeaux avant 11h… La délégation Aquitaine pourra assurer l’hébergement des personnes qui, pour cela, devraient arriver le vendredi soir. Merci à tous les membres désireux de participer à cette belle balade sur la Gironde de se manifester au plus tôt.

Amblyopie et M.D.P.H.

Dominique Boucherat

Présidente de la délégation Lorraine

La M.D.P.H. (Maison Départementale des Personnes Handicapées) a pour but d’offrir un accès unique aux droits et prestations liés au handicap.

À partir du projet de vie de la personne et après étude de son dossier par l’équipe d’évaluation, la C.D.A.P.H. (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées) décide des allocations, prestations et orientations :

-         la prestation de compensation du handicap,

-         les cartes d’invalidité et de priorité,

-         la qualité de travailleur handicapé et l’insertion professionnelle,

-         l’intégration scolaire,

-         l’orientation en établissement,

-         les allocations et les compléments.

La Prestation de Compensation du Handicap (P.C.H.) a pour objectif la compensation du handicap par :

-         les aides techniques,

-         l’aménagement du domicile,

-         du véhicule et l’aide au transport,

-         le financement des charges spécifiques ou exceptionnelles,

-         des aides animalières.

Sources :

-          « Guide des aides techniques » Éditions Néret - décembre 2006

-          Article tiré de « La voix des aveugles » - décembre 2004

-          « Quand la malvoyance s’installe » I.N.P.E.S. - année 2008

PACA-CORSE

La délégation PACA-CORSE du Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes est à présent agréée par la Sécurité Sociale.

Un numéro lui a été attribué en tant que fournisseur. La délégation est donc habilitée, afin que les déficients visuels achetant une canne blanche ou autre matériel au TIPS puissent être remboursés par la Sécurité Sociale.

Note de la Rédaction

Changement de datation du QSLD

L’actuel QSLD est daté de mars – avril – mai.

Jusqu’ici, nos lecteurs des versions audio et braille recevaient leur exemplaire avec un certain retard par rapport à la version Noir, de sorte qu’il leur parvenait parfois le mois suivant la date mentionnée. Certains lecteurs nous ont signalé cette anomalie. Dorénavant le QSLD paraîtra avant la fin du mois. En outre, les QSLD de printemps et d’été porteront les mentions de trois mois. Ainsi, le QSLD actuel est daté de mars-avril-mai et le suivant, à paraître courant juin, sera daté de juin-juillet-août.

Ensuite, nous retrouverons le rythme habituel : septembre-octobre etc.


CULTURE

Dans les pas du Bouddha, de l’Asie du Sud-Est à la Chine

Musée national des arts asiatiques – Guimet

Visite tactile : Jeudi 12 mai, à 14h

Statue en pierre de Bodhisattva Lokesvara. Cambodge. Art Kmer. XII ème siècle.
Bouddha debout, nu à l’exception d’une sorte de pagne et d’une coiffure ronde. Jambes coupées au dessus des genoux, les 4 bras coupés au niveau des coudes, lobes d’oreilles très allongés, regard un peu méprisant.

À partir d’une sélection d’œuvres originales, venez découvrir la naissance du bouddhisme et sa diffusion à travers l’Asie.

Contacts

Musée national des Arts asiatiques Guimet

6, place d’Iéna, 75116 Paris

Renseignements et réservations

Tél : 01.56.52.54.37. Courriel : helene.baudelet@guimet.fr

Centre Pompidou – Paris

Exposition Paris-Delhy-Bombay

Écouter voir : Œuvres plastiques, œuvres sonores des collections du Musée
Avec la conférencière Catherine Lascault - Samedi 14 mai à 10h

Le conférencier propose une lecture d’œuvres sonores et d’œuvres plastiques des collections du Musée. Créées pour la plupart par des artistes plasticiens, ces œuvres rendent compte des expériences de ces "poètes" qui ont marqué les grands mouvements des 20ème et 21ème siècles. Les créateurs tissent le visuel et le sonore. Ils nous donnent à écouter les bruits de la rue et de l’usine, les vibrations des cordes, des poèmes et des mots entrecoupés… La peinture, figurative et abstraite, ou les images des films et des vidéos, s’unissent à la musique concrète, aux paroles des poètes, à des jeux de sons. Avec des œuvres de Jean Dubuffet, de Takis, d’Annette Messager et d’autres encore…

Écouter voir : Visite de l’exposition « Paris-Delhi-Bombay » - 25 Mai - 19 Septembre 2011

Avec le conférencier Olivier Font - Samedi 18 juin à 10h

L’affiche de l’exposition. Un indien dont on voit la tête le long du bord gauche de l'illustration tient de la main droite la tête d'une femme avec bindi et coiffe indienne, les yeux fixes, comme affolée, les sourcils noirs épais et très arqués, avec une bouche rouge qui semble faire la moue.

À l’heure de la mondialisation, l’exposition fait dialoguer et met en résonance, les visions du monde de deux pays aux cultures différentes : l’Inde et la France. Artistes indiens et français apportent des éclairages sur la société indienne d’aujourd’hui et livrent leur propre interprétation. C’est une confrontation unique d’expressions artistiques et culturelles, qui s’appuie sur les regards croisés de créateurs. Les œuvres sont réunies autour de 6 grands thèmes : politique, religion, identité, urbanisme, artisanat, foyer.

Contact

Visites public aveugle et malvoyant

Réservation obligatoire une semaine à l’avance.

Tél. : 01.44.78.49.54.

Entrée recommandée à l’angle rue du renard / rue Saint-Merri.

Le dernier ouvrage de Jacques Sémelin : Face au totalitarisme, la résistance civile.

André Versaille, éditeur, 2011

Qu'est-ce que "résister" ? Comment des individus "ordinaires" parviennent-ils à s'opposer à mains nues, à se conduire d'une façon "extraordinaire" dans des situations d'oppression voire d'extrême violence ? Inspiré par Hannah Arendt qui, dans Eichmann à Jérusalem, souligne la résistance non-violente des Danois sauvant les Juifs en 1943, Jacques Sémelin présente ici ses quelque quinze années de recherche sur les ressources de la résistance civile au sein des systèmes totalitaires du XXe siècle…

La couverture du livre représente à gauche un homme debout, moustachu, gilet brun sur chemise blanche, portant un chapeau haut de forme. À droite une femme brune tenant dans les bras un bébé.

Il propose une réflexion passionnante sur les notions de dissidence, désobéissance et résistance, qu'il applique au cas de l'Europe nazie, à partir d'exemples historiques souvent méconnus. Il avance aussi sa "théorie des trois écrans" pour expliquer les "freins" à la Shoah dans certains pays. Jacques Sémelin prolonge et renouvelle également ses analyses sur la résistance civile dans le cadre de l'Europe communiste. Il démontre comment ceux qu'on a appelé les "dissidents" ont su faire un usage subversif des médias, pour miner peu à peu le système soviétique, jusqu'à son effondrement.

Une réflexion unique, comparative et toujours actuelle pour comprendre comment des hommes et des femmes peuvent se dresser contre une dictature.

Jacques Sémelin a obtenu son doctorat en histoire contemporaine à la Sorbonne en 1986 et son habilitation à diriger des recherches à Sciences Po en 1997. Il est également titulaire d’un DESS de psychopathologie (Paris V) et de 1986 à 1988 il a été post-doctoral fellow à Harvard (Center For International Affairs).

En 2007, il a été qualifié par le CNU professeur des Universités en Science politique et en Histoire moderne. Il a publié de nombreux ouvrages orientés vers la lutte contre la violence.

NDLR. Ce que cette note ne dit pas : Jacques Sémelin est aveugle. Il a perdu la vue alors qu’il était étudiant à Sciences Po.

Femmes pour le dire

Maudy Piot

Présidente de l’association

Fondée en 2003, elle accueille des femmes handicapées ou non, des hommes handicapés ou non. Sa spécificité est la rencontre dans la diversité, c’est à dire que FDFA ne réunit pas des personnes selon une symptomatologie particulière mais ouvre ses portes à toutes formes de singularité (personnes handicapées motrices, sensorielles, psychiques, personnes de petite taille, personnes porteuses de maladies rares ou orphelines, personnes ayant eu un AVC ou atteintes de sclérose en plaques, personnes épileptiques etc.). L’association lutte contre toutes formes de discriminations à l’encontre des femmes en situation de handicap et plus particulièrement contre la double discrimination : être femme et être handicapée. Cette structure de type loi de 1901 est destinée à promouvoir l’inclusion de la femme handicapée, quelle que soit sa singularité, et sa reconnaissance sociale dans tous les domaines de la vie publique.

L’association veut faire reconnaître les personnes handicapées comme des citoyennes à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres. Parce que le handicap est un aléa de la vie, pas une identité. Nous sommes des Citoyennes, des Citoyens à part entière, le handicap n’est pas notre identité...

Contact

Tél. : 06.18.20.34.66.

maudypiot@free.fr

www.femmespourledire.asso.fr

Le Musée départemental Georges de La Tour

Le Musée départemental Georges de La Tour de Vic-sur-Seille (Moselle), inauguré en 2003, répond aux normes d’accessibilité de personnes handicapées visuelles et motrices : stationnement, cheminement jusqu’à l’entrée, entrée latérale spécifique pour les personnes en fauteuil roulant, espaces larges et aires de repos dans le bâtiment.

Georges de La Tour

Fils de boulanger, Georges de La Tour est né à Vic-sur-Seille en 1593. Sa formation de peintre reste obscure. Par son mariage en 1617 avec Diane Le Nerf, il s’introduit dans le milieu des notables et s’installe à Lunéville. En 1638, au moment de la Guerre de Trente ans, il est nommé peintre ordinaire du Roi Louis XIII et occupe un atelier aux Galeries du Louvre. La paix revenue, il se réinstalle à Lunéville où il décède en 1652. Il laisse une production rare qui a marqué la première moitié du XVIIème siècle.

Saint Jean-Baptiste dans le désert

Pièce majeure du musée, cette œuvre ultime du peintre date de 1651-1652. Monochrome, intériorisée, minimale, elle est considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de la peinture française du XVIIème siècle et illustre les relations complexes entre la peinture romaine et la peinture nordique.

L’accessibilité du musée

 

L’accès aux œuvres est également facilité par un accrochage bas et des fiches en Braille sont à disposition dans toutes les salles. Des améliorations sont en cours en ce qui concerne la lisibilité des cartels et des fiches de salle dans le cadre de la nouvelle présentation des collections permanentes de peinture à partir du 17 avril 2011.

La toile la plus célèbre de Georges de La Tour : Saint-Jean Baptiste dans le désert.
Saint-Jean est assis, penché en avant, vu de ¾ droit, sur un fond très sombre, l’épaule droite très éclairée. Le peintre est souvent appelé « le maître du clair-obscur ».
© Conseil Général de la Moselle, Studio Doncourt.

En matière de médiation, le musée accueille des personnes en situation de handicap mental, auditif et visuel. En ce qui concerne plus particulièrement les personnes aveugles et amblyopes, trois possibilités de visite s’offrent à eux :

-          Une visite libre. Si la personne vient avec un accompagnateur, celui-ci peut le guider grâce aux outils mis à disposition au musée (textes des cimaises, fiches de salle, guide du visiteur), en plus des fiches en Braille, dans le cas où la personne aveugle ou amblyope maîtrise cette langue.

-          Une visite guidée, avec un médiateur du musée. Cette visite peut-être individuelle ou collective (famille, amis, institutions) et concerner un public mixte. Les visiteurs ont alors la possibilité de toucher quelques œuvres. Les personnes intéressées par une telle visite contactent le Service des publics au 03.87.78.05.30.

-          Une visite programmée par le musée, qui s’adresse spécifiquement aux personnes aveugles et amblyopes. Elle s’articule autour d’une thématique précise et laisse également l’occasion de toucher des œuvres.

Dans ce cas de figure, le musée envoie sa programmation aux institutions spécialisées régionales et à son réseau habituel de communication (particuliers abonnés, presse etc.).

Pour toute information, réservation et souhait d’abonnement à la programmation, merci de contacter le musée au 03.87.78.05.30.

La programmation est également consultable sur www.cg57.fr.

Contact

Musée départemental Georges de La Tour

Place Jeanne d’Arc 57630 Vic-sur-Seille

Tél. : 03.87.78.05.30.

Accès

À environ 35 minutes de Nancy par la N74

À environ 45 minutes de Metz par la D 955

Mail

Christine Tourneux, responsable du Service des Publics :

christine.tourneux@cg57.fr


LOISIRS

Jardins des Hauts-de-Seine

Conseil général des Hauts-de-Seine

Unité Animation et Valorisation du Patrimoine Vert

Le Conseil général des Hauts-de-Seine vous invite à partir à la découverte de ses parcs départementaux.

Au fil d’une promenade, l’histoire des lieux vous sera contée. Les conférenciers vous feront découvrir également la richesse des textures, des parfums, des formes du monde végétal ainsi que la magie des bruits qui animent constamment un jardin : les oiseaux, les insectes, le clapotis de l’eau des fontaines… C’est dans ces perceptions, parfois infimes, que se cache souvent l’âme des jardins.

Ces animations gratuites s’adressent à tous les publics et tout particulièrement au public handicapé visuel.

Chacun des parcs à découvrir possède son caractère, son histoire et sa palette végétale propres.

Parc de l’Île Saint-Germain

 

Au parc de l’Ile Saint-Germain, entre Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt, vous percevrez le parfum des lavandes et des romarins, la brise qui agite les graminées, la chaleur des champs de blé ensoleillés, comme si la campagne avait envahi la ville…

Description: Jardin des Lavandes Île Saint-Germain.
Devant, des buissons de lavande en fleur. À l’arrière plan, des bosquets et arbustes.

Accès

RER : Ligne C, station Issy-Val-de-Seine

Tramway : T2 Les Moulineaux ou Issy-Val-de-Seine - Bus : 39 - 123 - 126 - 189

Parc de la Vallée-aux-Loups Chateaubriand

Au parc de la Vallée-aux-Loups Chateaubriand (Châtenay-Malabry), vous pourrez apprendre à reconnaître les écorces fibreuses, spongieuses, fissurées ou lisses des arbres de l’arboretum, vous laisser enchanter par la magie du jardin sauvage de l’Île verte, caresser les arbres que Chateaubriand planta, il y a 200 ans, près de sa maison.

Accès

A 86, sortie n°28 en venant de la Croix de Berny, Châtenay-Malabry - N 20

RER B : station Robinson

Bus : 179 - 194 - 194a - 195 - 198 – 294 / Bus Paladin ligne 11

Parc des Chanteraines

Au parc des Chanteraines (Villeneuve-la-Garenne) vous découvrirez une réserve naturelle, refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales, et des lieux silencieux et bucoliques invitant à la rêverie. Vous vous promènerez le long des bords paisibles de Seine, à mille lieues de la ville et de son vacarme, ou tout près des animaux de la Ferme.

Accès

Autoroute A 86, sortie Villeneuve-la-Garenne

Train : gare Saint-Denis (SNCF) et gare de Gennevilliers (RER C)

Bus : 137 - 138 - 166 - 178 - 261 - 278 – 378

Parc du château de Sceaux, dessiné par Le Nôtre

À Sceaux, le conférencier vous contera l’histoire de ce parc historique dessiné par Le Nôtre pour Colbert, l’une des illustrations les plus parfaites du style des jardins « à la française ». On sera, là, au cœur de l’histoire de l’art des jardins anciens dont on ressent encore aujourd’hui toute la poésie.

Photographie : au fond le château. Devant, un grand parc « à la française ». De nombreux promeneurs allongés dans l’herbe ou se promenant.

Accès

Autoroute A 86, sortie Sceaux

RER B : Bourg-la-Reine, Parc-de-Sceaux, La Croix-de-Berny

Bus : 192 -197 - 379 – 395

Parc du Chemin de l’Île à Nanterre

Un bassin rectangulaire couvert de nénuphars en fleurs. Au fond des poteaux électriques haute tension et une tour. On perçoit la présence de la ville.

Enfin, à Nanterre, vous découvrirez le parc du Chemin de l’Ile à Nanterre, une des créations paysagères contemporaines les plus audacieuses. Ouvert sur la Seine, l’eau y est partout présente, avec ses bruits et ses odeurs. Vous pourrez également découvrir par le toucher les nombreuses sculptures contemporaines représentant squelettes, crânes et mâchoires d’oiseaux.

Accès

Autoroute A 86, sortie Nanterre Ville, quartier du Chemin de l’Ile

RER A : Station Nanterre Ville

Bus : 157

Vous pouvez assister aux visites planifiées régulièrement pour les individuels ou bénéficier d’un conférencier pour votre groupe.

Contact

Pascal Kersulec - Pour prendre rendez-vous ou tout autre renseignement :

Tél. : 01.41.13.03.83 - courriel : pkersulec@cg92.fr

 

Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807-1879)

Exposition en coproduction BnF-Musée du Louvre.

Carole Roux-Derozier

Chargée de mission auprès des publics handicapés

Au travers de stations audio tactiles intégrées à la scénographie, cette exposition s’adresse parfaitement au public déficient visuel. Ainsi, la tombe de Rekhmiré, les différents documents iconographiques qui ont suscité la curiosité d’Emile Prisse d’Avennes, l’art arabe et les traductions du célèbre papyrus Prisse sont rendus tactiles dans le but d’être accessibles à tous.

Le sphinx ensablé – Aquarelle - Émile Prisse d’Avennes – 1832
Le grand Sphinx, le père de la terreur pour les arabes, l'étrangleuse pour les grecs. Il a été taillé d'un seul bloc dans un affleurement rocheux. La statue mesure 73,50 m de long pour 20 m de hauteur. La tête est tournée vers l'est. Elle est vue selon son profil gauche. Le nez mutilé est bien visible. Au pied, un touriste donne l’échelle.

Coproduite avec le musée du Louvre, c’est à une rencontre de civilisations qu’invite cette exposition à la fois dédiée à l’art égyptien et à l’art arabe. Elle puise dans une collection d’une rare richesse, à la mesure de la diversité des centres d’intérêt de son auteur : ingénieur de formation, Prisse d’Avennes devient tour à tour égyptologue, archéologue, ethnologue, s’intéressant autant aux ruines de l’Égypte antique qu’aux monuments islamiques, durant les deux longs séjours qu’il accomplit en Égypte, de 1827 à 1844, puis de 1858 à 1860. Du premier, il rapporte des objets, le fameux papyrus Prisse, alors qualifié de « plus ancien livre du monde » ainsi que la « Salle des Ancêtres » de Touthmès III, ou Chambre des rois, aujourd’hui au Louvre, où se tiendra l’autre partie de cette exposition. Tout au long de ses années en Égypte, il constitue un fonds iconographique sans égal, dont certaines pièces sont parfois les derniers témoins de monuments ou de décors à présent disparus. Aquarelles et dessins, calques se déployant pour certains sur plusieurs mètres de hauteur, estampages, photographies sont autant d’éléments de cette « Égypte de papier » qui n’a cessé d’enchanter et d’inspirer ses contemporains - Théophile Gautier, Maxime Du Camp ou Ernest Feydeau - et qui continue d’inviter au voyage.

Contact

Exposition du 1er mars au 5 juin 2011

BnF site Richelieu, Galerie Mansart - 5 rue Vivienne, 75002 Paris

Réservations au 01.53.79.49.49 ou visites@bnf.fr.

Musée Cernuschi

Visites tactiles

Le musée Cernuschi, situé en bordure du parc Monceau à Paris, a été légué à la Ville de Paris par Henri Cernuschi. Il possède l'une des premières collections d'antiquités chinoises d'Europe continentale.

Musée Cernushi, photographie, vue d'ensemble d'une salle avec le Buddha de Meguro.  La présentation a été rénovée en 2005.

Les collections sont déployées autour du Buddha de Meguro impressionnant bronze japonais de la fin du XVIIIème siècle acquis par Henri Cernuschi au cours de son voyage en Extrême-Orient.

Avec plus de 900 œuvres exposées en un panorama complet des différentes époques et dynasties chinoises, le public peut admirer :

-          un ensemble exceptionnel de bronzes archaïques (XVe siècle avant J.C. - IIIe siècle après J.C.) ;

-          des pièces datant de l'époque des Han (206 avant. J.-C - 220 après.J.-C.), des statuettes funéraires (mingqi) des dynasties des Wei du Nord (386 - 534) et des Sui (821 - 618) ;

-          des œuvres de la période Tang (618 - 907) un choix de céramiques (VIe - XIIIe siècle) des Tang aux Song un rare ensemble d'orfèvrerie Liao (907 - 1125), quelques estampages.

Des activités proposées au public aveugle ou malvoyant

Elles suivent un cycle sur l'histoire et la civilisation chinoise, depuis la période néolithique jusqu'à l'époque des Song. Les visiteurs ont l'occasion de découvrir le musée, ainsi que des reproductions de certains chefs-d'œuvre de sa collection.
Les prochaines dates sont les suivantes :

-          3 mai 2011 à 10:00 : Musique dans la société chinoise.

-          7 juin 2011 à 10:00 : Cernuschi, la demeure d'un collectionneur.

Durée: 1h30 - Visite limitée à 8 personnes.

Sur réservation au 01.53.96.21.72 ou à cette adresse : camille.bailly@paris.fr.

Brassens ou la liberté

Toute l'équipe de la Cité de la musique a le plaisir de vous informer que l’exposition "Brassens ou la liberté" vient d'ouvrir ses portes.

Vous pouvez découvrir les magnifiques dessins de Joann Sfar et les documents inédits réunis par Clémentine Deroudille. Tous deux ont imaginé cette exposition qui est ouverte jusqu'au 21 août 2011.

L’affiche de l’exposition présente Brassens vu de ¾ droit,  en maillot de corps blanc, avec sa moustache légendaire, fumant une pipe de laquelle sort une grande flamme rouge. En haut à gauche, le logo des monuments nationaux, un grand C dans la boucle duquel est inscrit un petit m, le tout dans un cercle. 
Le nom "Brassens ou la liberté" de 2 polices de caractères différentes occupe le 1/3 inférieur de l’affiche. 
Affiche de l’exposition, © Cité de la musique

Des minis concerts des chansons de Brassens ont lieu dans l'exposition les vendredis à 19h et 20h (du 18 mars au 24 juin) et les samedis à 15h et 16h (du 2 juillet au 20 août).

Dans le cadre des minis concerts des vendredis et samedis, certaines chansons de Brassens seront transcrites en braille et en gros caractères.

Un parcours audio descriptif est proposé aux personnes en situation de handicap visuel (images tactiles, instruments à toucher, audio guide). Des visites ateliers sont également ouvertes à tous !

 

Bénédicte Capelle-Perceval, chargée de l'accessibilité et des publics handicapés.

Contact

Cité de la musique 221 avenue Jean Jaurès 75019 Paris

Tél. : 01.44.84.46.13.

Mail : bcapelle-perceval@cite-musique.fr.

 

 


LECTURES

Concerto à la mémoire d'un ange

Éric-Emmanuel Schmitt

Éditions À Vue d'œil – 2010 - Gros caractères

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées.

Illustration de la couverture.
Par une nuit claire et au dessus d'un lac bleu profond, une femme blottie dans les bras d'un homme les yeux clos, semblent flotter. Au loin une barque prête à accoster sur la rive d'une ville méditerranéenne.

Éric-Emmanuel Schmitt : né en 1960, normalien, agrégé de philosophie, docteur, Éric-Emmanuel Schmitt s’est d’abord fait connaître au théâtre avec Le Visiteur, cette rencontre hypothétique entre Freud et peut-être Dieu, devenu un classique du répertoire international.

Prix Lire dans le noir du livre audio

Le prix a été décerné jeudi 25 novembre 2010 par un jury présidé par Daniel Pennac. Les primés sont :

Couverture du livre audio édité par Benjamin Media "Il faut sauver le Prince Victor"
Un petit Prince effrayé fuit une horde de chevalier bleus ainsi qu'une sorcière volant sur son balai magique. Sur le dos d'un des chevaliers, une grenouille coiffée d'une immense couronne semble mener la chasse à l'homme.

-          D'autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère - Texte intégral lu par Éric Caravaca (Gallimard – Écoutez lire) – 8h

-          Le joueur d'échecs, de Stefan Zweig - Texte intégral, lu par Jacques Weber (Thélème) – 2h30

-          Léon, témoignage de Léon Walter Tillage retranscrit par Susan Roth - lu par Dominique Reymond – 1h

-          Il faut sauver le prince Victor, de Christine Beigel - lu par Jacques Allaire, Marion Aubert, Gigi Bigot (Benjamins Media) – 30 min

Benjamins media

Les éditions jeunesse Benjamins media ont édité un nouveau livre-CD assorti d’une transcription en braille et gros caractères (corps 18) complétée de 2 pages de jeux en relief : « Lunon chamboule tout ».

Le titre « Le Monstre mangeur de prénoms » a également été réédité. Désormais la version braille comprend, en complément des 3 pages de jeux en relief, également une version en gros caractères. Les gros caractères sont en vis-à-vis du texte en braille.

Pour chaque titre, un extrait sonore est accessible à partir du catalogue en ligne sur le site www.benjamins-media.org.

Le mec de la tombe d’à côté

Katarina Mazetti – traduit du suédois

Éditions À vue d’œil 2010

Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire de métier et citadine pragmatique, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance. Au cimetière, elle rencontre le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que la tombe avec sa stèle tape à l'œil. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, de façon assez rustique, et grâce à une bonne dose d'humour et d'autodérision.

Couverture du livre : "Le mec de la tombe d'à côté".
Le titre de l’ouvrage est présenté en arrondi autour de l’anse d’une corbeille de fleurs roses et jaunes. En bas à droite, le nom de l’éditeur « À vue d’œil » ; en bas à gauche les mentions 16 et 17 indiquent la taille des caractères des éditions en grands caractères de cette collection.

Chaque fois qu'il la rencontre, il s'énerve contre la « Crevette », comme il dit, qui occupe le même banc au cimetière, avec son bonnet de feutre et son petit carnet de poésies. Rien, a priori, ne rapproche ces deux-là, et, pourtant, il suffira d'un sourire qui éclate simultanément sur leurs lèvres pour qu'ils soient tous deux éblouis. C'est le début d'une histoire d'amour assez cocasse. Ils sont tout le contraire l'un de l'autre. Un livre sans prétention, gai et plein d’humour.

Contact

Collection 16/17 - 27 av. de la Constellation 958001 – 78264 Cergy - Cergy-Pontoise Cedex


COURRIER DES LECTEURS

De Bernard R, à Sèvres

« À propos du QSLD…Quels progrès…Tout d’abord dans le contenu qui est beaucoup plus riche, plus intéressant, bien structuré… Les Nouveautés Daisy sont maintenant bien présentées et lues intelligemment avec épellation quand c’est nécessaire, indications de l’éditeur, de l’année, du temps de lecture… Étant bien conscient que cela demande beaucoup de travail, j’ai cru bon de vous faire savoir, ainsi qu’à tous ceux et celles qui sont impliqués dans cette réalisation, que ces efforts ne passaient pas inaperçus et qu’ils étaient fort utiles. »

Réponse de la Rédaction : Nous sommes en effet très sensibles à votre courrier qui nous encourage à poursuivre notre effort.

De Claude, à Lyon

Sujet : Forum de partage d’Expériences professionnelles

« J'ai pu participer à ce forum à la faveur d'un déplacement professionnel en
région parisienne et j'ai apprécié énormément cette initiative.

À la recherche de témoignages, d’expériences, j’ai pris conscience des problèmes d’adaptation des concours, des limites des aides techniques et avoir des réponses en écoutant attentivement les solutions trouvées par les uns et les autres. Ce forum m’a également permis de faire des rencontres enrichissantes et sympathiques.

Je vous encourage vivement à reproduire ce type d'expérience. »

 

 


NOS DÉLÉGATIONS


GIAA Alsace

14 A rue de Mulhouse - 67100 Strasbourg

Tél. : 03.69.09.22.31

Mail : giaa.regionalsace@yahoo.fr 

 

GIAA Aquitaine

14 rue de la Réole - 33800 Bordeaux

Tél. : 05.56.31.48.48

Mail : contact.aquitaine@giaa.org

 

GIAA Auvergne

35 avenue Franklin Roosevelt

63000 Clermont-Ferrand

Tél. :04.63.79.70.55

Mail : contact.auvergne@giaa.org

 

GIAA Centre

288 Chemin Lucien Bonneau

18100 Mery-sur-Cher

Tél. : 02.48.71.27.18

contact.centre@giaa.org

 

GIAA Île de France

5 avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris

Tél. : 01 47 34 30 00

Mail : giaa@giaa.org 

 

GIAA Lorraine

BP 23703

54097 Nancy Cedex

Tél. : 03.83.27.70.33

Mail : contact.lorraine@giaa.org

 

GIAA Paca-Corse

Le Placer A - 72 avenue Benoît Malon

83100 Toulon

Tél. : 04.94.36.77.48

Mail : contact.paca-corse@giaa.fr

 

GIAA Pays de Loire

109, rue Eblé

49000 Angers

Tél. : 02.41.86.13.25

Mail : contact.paysdeloire@giaa.org


SERVICES DU GIAA

Services audio

- La librairie sonore = propose plus de 3000 titres enregistrés sur CD DAISY

- Le kiosque sonore = service d’abonnement presse à 16 revues.

- L’enregistrement à la demande

Services Braille et gros caractères

- Transcription à la demande de tout document, ouvrages, document professionnel…

- Revues jeunesse et adulte

La lecture directe

Le GIAA met en contact la personne aveugle ou malvoyante avec un bénévole voyant. Le rôle du bénévole est d’assister pour la lecture : rechercher puis feuilleter des livres dans une bibliothèque, lire des documents manuscrits ou polycopiés, le courrier…

Le Club Emploi :

Le Club Emploi du GIAA propose un accompagnement individuel personnalisé, centré sur la spécificité de la personne déficiente visuelle en situation de recherche d’emploi.

La revue du GIAA : Le QSLD

Le « Qu’on se le dise » est proposé en 5 versions : en noir, en gros caractères, en braille, en CD audio (format DAISY) et en version électronique via la liste de diffusion : giaa-qsld-subscribe@yahoogroupes.fr.

Les boutiques du GIAA

Le GIAA dispose pour ses adhérents de boutiques qui proposent, selon les délégations, des méthodes d’apprentissage du Braille, de matériels pour lire et écrire du Braille ou des gros caractères, et divers produits adaptés qui facilitent la vie quotidienne des aveugles et malvoyants (loupes, montres, ...).

SECTIONS DU GIAA

Les Amitiés Pouget regroupent des prêtres, diacres, religieux et religieuses malvoyants ou non voyants. Elles publient la "lettre d'Ananie.

Le GPEAA (Groupement des Professeurs et Éducateurs d'Aveugles et Amblyopes), groupe de professeurs et éducateurs, acteurs sociaux et parents travaillent ou vivent pour/avec des personnes aveugles ou malvoyantes. Ils organisent les journées pédagogiques.

Views France concerne les jeunes malvoyants et non voyants qui souhaitent faire des échanges et organiser des voyages en Europe.

 

Abonnements : GIAA - IMPRESSION GIAA - ISSN : 1772-4031

 

 

OURS

Revue de l’Association des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA) - Revue bimestrielle

5, avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris - Tél. : 01.47.34.30.00 - Site internet : www.giaa.org - Courriel : giaa@giaa.org

Directrice de la publication : Marie de Saint Blanquat

Rédacteur en chef : Colette Marsan

Comité de rédaction : Paul Allard, Alain Masson, Alain Rousseau, Nathalie Sassier

Coordination graphique : Nathalie Sassier

Maquettiste : Florence Madrange

Coordination transcription supports adaptés : Stéphane Guasson

 


 

NOUVEAUTÉS DAISY

Mars avril mai juin

2011

 

 

Arts et loisirs

Aznavour Charles - Aznavour, l’intégrale - éditions Don quichotte - 2010 - 16:10

Schlienger Jean-Louis - Le Mangeur alsacien - La Nuée bleue - 2000 - 13:35

Généralités

Demorest Danielle - Dictionnaire historique et anecdotique des bourreaux - Éditions généalogiques de la Voûte - 2007 - 49:03

Gast René - Le canal du Midi et les voies navigables de l’Atlantique à la Méditerranée - Éditions Ouest-France - 2009 - 03:45

Gueguen Jacques - La Pauline de Dahouêt - Imprimerie Briochine - 1991 - 03:08

Lasserre Sylvie - Voyage au pays des Ouighours - Éditions Cartouche - 2010 - 04:29

Saenen Frédéric - Dictionnaire du pamphlet - Infolio - 2010 - 5:23

Histoire

Amouroux Henri - 40 millions de pétainistes - Éditions Robert Laffont - 1977 - 17:16

Amouroux Henri - Les beaux jours des collabos - Éditions Robert Laffont - 1978 - 16:54

Amouroux Henri - Un printemps de mort et d’espoir - Éditions Robert Laffont - 1985 - 17:13

Beevor Antony - D-Day et la bataille de Normandie - Calmann-Lévy - 2009

Bogdan Henry - Histoire de l’Allemagne - Perrin - 2003 - 23:18

Dicop Nicolas - Creutzwald, carrefour de la Houve - Éditions Le Lorrain - 1968 - 05:07

Gallo Max - Jésus, l’homme qui était Dieu - XO éditions - 2010 - 05:07

Gallo Max - Napoléon, tome 1 - Éditions Robert Laffont - 2002 - 14:26

Green Peter - Les guerres médiques - Tallandier - 2008 - 16:23

Horsinga-Renno Mireille - Cher oncle Georg - La Nuée bleue - 2006 - 03:56

Karski Jan - Mon témoignage devant le monde - Éditions Robert Laffont - 2010 - 17:24

Lacarrière Jacques - Au coeur des mythologies - Gallimard - 2002 - 20:57

Mallet Marius - Dinard, son histoire - Graphi-Centre - 2007 - 14:35

Noguères Henri - La vie quotidienne des Résistants, de l’armistice à la Libération - Hachette 1984 - 07:30

Oulion  Roger - La bête du Gévaudan - Éditions du Roure - 2009 - 3:19

Schiavon Max - Le Général Alphonse Georges - Anovi - 2009 - 22:03

Langue et linguistique

Péan Marie - L’apologue - Hachette Classiques - 2002 - 07:12

Littérature

Balzac Honoré de - Mémoires de deux jeunes mariées - Calmann-Lévy - 06:47

Bohringer Richard - Traîne pas trop sous la pluie - Flammarion - 2010 - 2:16

Clancier Georges-Emmanuel - Le pain noir, tome 3 - Omnibus - 2001 - 11:55

Constant Benjamin - Adolphe - Flammarion - 2011 - 03:00

Déon Michel - Le jeune homme vert - Gallimard - 1996

Deutsch Lorànt - Métronome - Michel Lafon - 2009 - 11:06

FADELLE Joseph - Le prix à payer - Éditions de l’oeuvre - 2010

Fanon Frantz - Les damnés de la terre - La découverte - 2004

Ferney Alice - L’élégance des veuves - Éditions J’ai lu - 2000 - 02:52

Fischer Élise - Les noces de Marie-Victoire - Calmann-Lévy - 2010 - 7:49

Gibran Khalil - Esprits rebelles - Éditions Mille et une nuits - 2001 - 02:40

Goby Valentine - Des corps en silence - Gallimard - 2010 - 03:31

Johnson Craig - Le camp des morts - Gallmeister - 2010 - 08:43

Kafka Franz - Le procès - Acte Sud - 2009 - 8:06

Kellerman Jesse - Les visages - éditions Sonatine - 2009 - 13:51

La Bruyère Jean de - Les caractères - Larousse -2010 - 18:29

La Héronnière Édith de - Guerres - Arfuyen - 2003 - 01:05

Le Carré John - Single et Single - Éditions du Seuil - 2009 - 12:21

Lessing Doris - The fifth child - Harper Perennial - 05:23

Madame de Lafayette - La Princesse de Clèves - Hachette - 2008 - 08:37

Mary Jules - Roger-la-Honte - La revanche de Roger-la-Honte - La pocharde - Les filles de la pocharde - Robert Laffont - 2001 - 27:06

May Peter - Le quatrième sacrifice - Actes Sud - 2008 - 12:17

Modiano Patrick - Villa triste - Gallimard - 1977 - 06:29

Nabb Magdalen - Le mystère Clementina - 10/18 - 2003 - 7:42

Nabb Magdalen - Meurtres au palais - 10/18 - 2005 - 7:55

O’Brien Edna - Crépuscule irlandais - éditions Sabine Wespieser - 2010 - 08:39

Plutarque - Les Vies des hommes illustres, tome 2 - Gallimard - 1582 - 56:50

Rapaille Lorenzo - J’écris pour vous - Éditions SdE - 2004 - 01:27

Remarque Erich Maria - Les camarades - Gallimard - 1938 - 17:06

Rey Olivier - Une folle solitude - Éditions du Seuil - 2006 - 11:05

Roche Corinne - Une petite fête sur la planète - Pocket - 2009 - 06:06

Romilly Jacqueline de - Alcibiade ou les dangers de l’ambition - Éditions Tallandier -2008 - 10:43

Romilly Jacqueline de - Les oeufs de Pâques - Éditions de Fallois - 1993 - 6:11

Romilly Jacqueline de - La Grèce antique à la découverte de la liberté - Éditions de Fallois - 1991 - 05:01

Romilly Jacqueline de - Le trésor des savoirs oubliés - Librairie générale française -1999 - 06:01

Schmitt Éric-Emmanuel - Concerto à la mémoire d’un ange - À vue d’oeil - 2010 - 04:50

Steinbeck John - Les raisins de la colère - Gallimard - 1972 - 14:26

Suter Martin - Lila, Lila - Points - 2005 - 09:03

Tamain Louis - L’encre violette - éditions De Boree - 2010 - 11:37

Vlérick Colette - La fille du goémonier - Presses de la Cité - 1999 - 10:51

Voltaire - Romans et contes - Librairie générale française - 1994

Zévaco Michel - La cour des miracles - Alteredit - 2008 - 10:22

Philosophie

Damasio Antonio R. - Spinoza avait raison - Odile Jacob - 2005 - 17:08

Hanh Thích Nhât - La sérénité de l’instant - J’ai Lu - 2009 - 03:39

Jollien Alexandre - Le philosophe nu - Éditions du Seuil - 2010 - 6:25

Lévi Jean - Confucius - Pygmalion - 2002 - 12:50

Midal Fabrice - Et si de l’amour on ne savait rien ? - Albin Michel - 2010 - 05:51

Staune Jean - Notre existence a-t-elle un sens ? - Presses de la Renaissance - 2007 - 18:10

Psychologie

Collectif - La psychologie - CNRS Éditions - 23:53

Ferradji Taïeb - Enfances & psy - Erès - 2011 - 08:18

Frydman René - Recherche bonheur désespérément - Presses universitaires de France - 2010 - 06:03

Religion et spiritualité

Benoît XVI - Lumière du monde - Bayard Culture - 2010 - 05:53

Braden Gregg - L’effet Isaïe - Ariane - 2000 - 10:34

Chalier Catherine - Lévinas - Albin Michel - 1993 - 05:43

Dalaï-Lama - Terre des dieux, malheur des hommes - Librairie générale française - 1996 - 03:46

Despeux Catherine - Lao-tseu - Médicis Entrelacs - 2010 - 8:51

Hanh Thích Nhât - Le coeur des enseignements du Bouddha - Pocket- 2007

Raoult Michel - Les druides - Éditions du Rocher - 11:09

Reynier Chantal - Saint Paul sur les routes du monde romain - Les éditions du Cerf - 2009 - 7:47

Simon Marcel - Le judaïsme et le christianisme antique - Presses universitaires de France - 1985 - 14:22

Spink Kathryn - Petite soeur Magdeleine de Jésus - Bayard Culture - 1994 - 10:09

Vauchez André - François d’Assise - éditions Fayard - 2009 - 12:36

Walsch Neale Donald - Conversations avec Dieu - J’ai lu - 2003 - 06:47

Yang Jwing-Ming - Chi-kung de méditation - Budo éd. - 2008 - 23:51

Sciences et techniques

Klein Etienne - Le small bang des nanotechnologies - Odile Jacob - 2011 - 3:17

Melchizédek Drunvalo - L’ancien secret de la fleur de vie, tome 1 - Ariane - 2000 - 15:02

Reeves Hubert - Patience dans l’azur - Éditions du Seuil - 1988 - 09:37

Sciences sociales

Argüelles José - Le facteur Maya - Ariane - 2010 - 10:41

Coutanceau Roland - Les blessures de l’intimité - Odile Jacob - 2010 - 17:51

Delbecque Éric - L’intelligence économique - Presses universitaires de France - 2006 - 06:50

FINCHELSTEIN Gilles - La dictature de l’urgence -éditions Fayard - 2011 - 04:59

Hall Edward Twitchell - Le langage silencieux - Éditions du Seuil - 1984 - 08:32

Lasserre Sylvie - Voyage au pays des Ouighours - Éditions Cartouche - 2010 - 04:29

Melchizédek Drunvalo - L’ancien secret de la fleur de vie, tome 1 - Ariane - 2000 - 15:02

Midal Fabrice - Et si de l’amour on ne savait rien ? - Albin Michel - 2010 - 05:51

Otelli Jean-Pierre - Le secret des boîtes noires - Altipress - 1999 - 10:15

Pons Philippe - Misère et crime au Japon - Du XVIIe siècle à nos jours - Gallimard - 1999 - 19:42

Raoult Michel - Les druides - Éditions du Rocher - 11:09 

Rey Olivier - Une folle solitude - Éditions du Seuil - 2006 - 11:05

Roche Marc - La banque - Albin Michel - 2010 - 09:05

Schiavon Max - Le Général Alphonse Georges - Anovi - 2009 - 22:03

Simon Marcel - Le judaïsme et le christianisme antique - Presses universitaires de France - 1985 - 14:22

TOCQUEVILLE Alexis de - De la démocratie en Amérique - Gallimard - 1986 - 09:45