Couverture du QSLD : visuel d'une femme aveugle avec un gros casque sur les oreilles pour illustrer le thème du dossier, le livre audio 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



EDITO.. 4

 

 

ACTUS. 5

Remise du Prix « Lire dans le Noir ». 5

Un nouveau magazine municipal accessible ! 5

Innovation Institut de la Vision : HOMELAB. 6

Connaissez-vous les loges de la Bibliothèque publique d’information (BPI) ? 6

Access-Site - Espace Public Numérique (EPN) parisien des personnes en situation de handicap  7

Voir en braille, de nouvelles perspectives pour les personnes aveugles ? 7

OnTheBus : vers un GPS nouvelle génération? 8

PHITECH équipe les stations de Tramway de la RATP. 9

Ouverture de la BNFA ! 9

Noël passé faites encore plaisir à vos enfants ou petits enfants avec Ôterciel 10

Un peu de musique : un nouvel album Jazz «  Regard ». 10

La randonnée pédestre pour les non et mal voyants se développe dans le Var 11

Nouveau service « Domicile-Train » de la SNCF. 11

Le GIAA confirmé sur le Stand des Editions Adaptées au Salon du Livre 2013. 12

 

 

DOSSIER Le livre audio. 13

L’audio, les audios ? 13

L’audio : des formats 13

Le format DAISY (Digital Accessible Information SYstem) 13

Les livres numériques. 14

L’audio par nécessité : création des livres parlés du GIAA. 15

Lire dans le Noir : l’audio par choix 15

Rencontre avec Aurélie Kieffer, présidente de l’association « Lire dans le noir ». 16

Médiathèque publique : des efforts et des fonds sonores disponibles 17

Les pionniers : Des mots et merveilles, une librairie pas comme les autres 18

Révolution dans le monde de la bulle : la bande dessinée audio. 19

 

 

VIE DU GIAA. 20

Participation au FORUM des ASSOCIATIONS à Clermont Ferrand. 20

Les Journées Nationales des Associations d’Aveugles et de malvoyants : week-end de quête et de partage  20

Boursorama : enregistrement d’un recueil de contes par les salariés 21

Sensibilisation de salariés en entreprises : le GIAA intervient chez Mondial Assistance et Stéria  21

Sensibilisation d’enfants à Nemours 22

Un pot pas comme les autres 23

Les essais de la Commission des Techniques Professionnelles 24

LES DIX ANS DU SISU. 26

LES CONTEUSES DU GIAA de Lorraine. 27

La Course des Héros : le GIAA de nouveau en lice. 27

 

 

Culture et Loisirs. 28

Nous avons testé pour vous l’exposition « Toucher pour voir » d’Adélio Sarro. 28

Sélection de spectacles en audiodescription. 29

Au Théâtre de l'Odéon. 29

Au Théâtre de La Colline : 31

Au Théâtre du Capitole : 32

Au Célestins, Théâtre de Lyon : 32

Musée départemental du Textile. 33

Entre mémoire et création - Ecomusée – Tuilerie de Pouligny. 33

Visite de Blesle adaptée au public déficient visuel 34

LE PUY EN VELAY : Patrimoine mondial de l’UNESCO – La ville départ vers Saint-Jacques de Compostelle  35

« Yann Le Puits, un auteur à découvrir ». 35

 

 

LECTURE. 36

LE LIVRE DU MOMENT. 36

Editions Gros Caractères 36

 

 

 

Courrier. 38

 

 

Nos délégations. 39

 

 

Services du GIAA. 39

 

 

Sections du GIAA. 39


 

EDITO

 

 

Avant Valentin HAÜY et surtout depuis la géniale invention de l’écriture Braille, les portes de la culture et du savoir avaient pour clé la parole et l’écoute. Autrement dit, seules la conversation et la lecture immédiate par un tiers permettaient aux personnes aveugles ou très malvoyantes de découvrir autre chose que ce qui peuplait leur environnement quotidien. De ce fait, sur le chemin des connaissances, l’absence de vision entravait toute forme d’indépendance.

 

Et voici qu’environ un siècle après la mort de Louis BRAILLE, le GIAA ouvrait ses portes afin d’aider les aveugles à poursuivre leurs études universitaires et à s’intégrer socialement. De l’enregistrement sur bandes magnétiques, puis sur cassettes, jusqu’aux fichiers sonores sur cd, clés USB et/ou carte SD, que de progrès accomplis en un demi-siècle ! Aujourd’hui, les déficients visuels ont de plus en plus de choix dans le domaine de la lecture… même si les producteurs de documents ne peuvent et ne pourront certainement jamais suivre le rythme des publications ordinaires.

 

Cependant, parents, enseignants et éducateurs ne doivent pas oublier que le document ou le livre audio ne remplacent pas le document écrit en braille ou gros caractères sans lequel un enfant ne pourrait acquérir ni l’orthographe ni la structure du texte écrit, bases nécessaires à toute forme de communication, pour un bon apprentissage fondamental et la poursuite des études au-delà du niveau élémentaire. Ne travailler qu’avec l’audio serait, pour les aveugles et les très malvoyants, une régression considérable qui les conduirait à l’illettrisme, sans le Braille ou le grossissement de caractères que les progrès techniques permettent désormais d’utiliser grâce à l’ordinateur ou d’autres matériels adaptés. Aux USA, une recherche a montré que des enfants n’utilisant que la synthèse vocale ne savent pas structurer une pensée autrement qu’à l’oral, la structure des écrits perdant toute cohérence.

 

Un déficient visuel se cultive en utilisant tous les moyens qui lui sont offerts. Complément de l’écrit ou suppléance pour ceux qui perdent la vue tardivement, le livre audio s’améliore en qualité et en quantité et nous ne pouvons que nous en réjouir, en n’oubliant surtout pas de remercier celles et ceux qui, au quotidien, apportent leur aide précieuse pour sa réalisation, qu’ils soient bénévoles et/ou donateurs.

 

Au nom de toute l’équipe du GIAA, je vous souhaite d’une part une bonne lecture de ce nouveau numéro dont le dossier est, comme vous l’aurez compris, consacré au livre audio et d’autre part une bonne année 2013.

 

 

 

Marie-Renée HECTOR

Présidente du GIAA

 

 

 

 

 

La rédaction vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2013

 

 

 

retour au sommaire

ACTUS

Remise du Prix « Lire dans le Noir »

Par Paul Allard

 

Le mercredi 21 novembre, se tenait, à la Société des Gens de Lettres, la remise des prix « Lire dans le noir » sous la présidence de Madame Aurélie Filipetti, ministre de la Culture et de la Communication. Le GIAA y était représenté par Marie de Saint Blanquat et Paul Allard, deux administrateurs.

 

La marraine de ce 4e prix était Isabelle Carré qui a fait au public un magnifique éloge du livre audio. A la question « Que diriez-vous pour plaider la cause du livre audio ? », elle répondait «  J‘y vois une vraie utilité, pas seulement pour les personnes non voyantes, mais pour tout le monde : les jeunes ; les personnes âgées ; les gens qui font beaucoup de trajets en voiture, en train ; quand on est fatigué.... Il y a de multiples usages et je trouve important de participer à cet effort là. Il y a du travail encore pour développer l’écoute de la littérature. Les mots, c’est vraiment ce qui nous sauve. »

 

La présentation des livres sélectionnés était précédée par la lecture d’extraits par les lecteurs eux-mêmes qui étaient tous des professionnels de l’enregistrement. La qualité était, évidemment, remarquable. Nous sommes loin des enregistrements de notre bibliothèque sonore, mais nous n’avons pas à en rougir, nous ne jouons pas dans la même cour.

Il est réconfortant de constater que le livre audio se développe grâce, notamment, au soutien des libraires et des bibliothécaires.

 

Les lauréats et le jury

 

 

 

Les lauréats du Prix Lire dans noir 2012 :

 - NOUVEAUTE : La mort du roi Tsongor (Thélème)   

 - CLASSIQUE : Les dernières cartes (CDL)

 - DOCUMENT : Eloge de la faiblesse (Audiolib)

 - JEUNESSE : Mon petit cœur imbécile (Chut ! L'école des loisirs)

 

 

 

Les lauréats et les membres du jury (photo © Charlotte Bouvier)

DR Lire dans le noir

En savoir plus sur l’association « Lire dans le noir » : lire l’article dans notre dossier

 

 

Un nouveau magazine municipal accessible !

Par Claire Paris

 

Enfin, le voilà !

Vous vous demandez sans doute de qui je vais vous parler !

Eh bien du dernier né des magazines municipaux enregistrés par le GIAA ! Après CAEN, ROANNE, celui de la ville de Saint-Cyr l’Ecole (78) est enfin accessible en audio sur le site de la ville www.saintcyr78.fr.

Enfin ! Cela aura en effet demandé plusieurs années pour lui faire voir le jour ! Non pas que la demande était mal accueillie par les municipalités successives, bien au contraire, mais c’était une priorité moins prioritaire que d’autres !

L’accès à l’information municipale pour toutes les personnes empêchées de lire devrait pourtant être au cœur des préoccupations des différentes collectivités. Nous sommes d’ailleurs à leur disposition pour les aider dans cette mission et enregistrer leur magazine municipal.

 

 

Innovation Institut de la Vision : HOMELAB

Homelab est la nouvelle plateforme de recherche de l’Institut de la Vision. Son objectif est l’amélioration de l’habitat des personnes atteintes de déficiences visuelles.

Véritable appartement équipé de type F2, cet outil localisé à l’intérieur de l’Institut de la Vision permet de valider avec des industriels des mobiliers adaptés, de l’électroménager, des systèmes de communication homme-machine... dans le seul but d’améliorer l’autonomie, la sécurité et le bien-être des personnes malvoyantes ou aveugles.

La circulation, l’ergonomie et les contrastes des couleurs ont été étudiés dès la conception de l’appartement grâce aux expertises respectives de FAF Argos, de Chrysalide et de l’Institut de la Vision.

En contrepartie des tests réalisés par des spécialistes de la basse vision (ergothérapeutes, ergonomes, optométristes, orthoptistes et ophtalmologues), l’Institut accorde un label si les produits développés et validés apportent un réel bénéfice aux utilisateurs.

Plusieurs industriels soutiennent l’opération depuis le démarrage : Hager, Descours & Cabaud, Onip, Orange et la PME Myd’l, spécialisée dans l’accessibilité.

 

 

 

intérieur loge 3Connaissez-vous les loges de la Bibliothèque publique d’information (BPI) ?

Les loges, un espace de travail adapté

Cinq loges sont réservées aux déficients visuels pour utiliser les fonds et les services de la bibliothèque. Elles sont isolées des bruits de la bibliothèque, avec un éclairage modulable et équipées de matériel adapté.

 

Un matériel adapté

PC multimédia donnant accès au catalogue de la bibliothèque et à internet, matériel permettant de lire, prendre des notes, écouter et imprimer des documents (machines à lire, scanners, imprimantes, imprimante braille, magnétoscope, machine à écrire le braille)

 

Une aide spécifique

Pour être accompagnés, les déficients visuels peuvent faire appel à des membres du personnel et à une équipe de guides bénévoles.

Ils leur proposent :

-         Une aide à l’utilisation du catalogue de la bibliothèque et à la recherche sur internet.

-         Un accompagnement vers les rayonnages de livres ainsi que les autres médias et services proposés par la bibliothèque

-         La lecture à haute voix des documents imprimés

-         Une aide pour enregistrer et prendre des notes

-         Des formations à l’utilisation du matériel informatique des loges (sur rendez-vous en téléphonant au 01 44 78 43 75)

 

Comment utiliser une loge ?

La réservation est indispensable.

Quatre des cinq loges (loges 1 à 4) peuvent être utilisées par un usager seul ou accompagné de la personne de son choix dont les guides bénévoles agréés.

Pour la cinquième loge, l’accompagnement par un guide bénévole agréé ou par un membre du personnel est nécessaire.

La réservation s’effectue sur place ou par téléphone 01 44 78 12 75 aux heures d’ouverture de la bibliothèque, en indiquant le nom du guide, les besoins en matériel et le numéro de la loge à réserver (la liste des matériels des loges est disponible en braille et en gros caractères au bureau information générale)

 

BPI – Centre Pompidou - rue Beaubourg - 75004 Paris

 

 

 

Access-Site - Espace Public Numérique (EPN) parisien des personnes en situation de handicap

Issu d’un partenariat entre la ville de Paris, la Fondation Garches et Universcience (Espace Autoformation – Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de l’Industrie), Access-Site est le premier Espace Public Numérique parisien dédié aux personnes en situation de handicap.

 

Animé par des professionnels sous la responsabilité de la Fondation Garches, Access-Site propose toute l’année aux personnes en situation de handicap de s’initier ou de se perfectionner à l’utilisation de l’Internet et des nouvelles technologies via des outils informatiques spécifiques innovants : clavier braille, synthèse vocale, télé-agrandisseurs, clavier ergonomique, clavier guide doigt, lecteur d’écran, …. Cet équipement permettra aux personnes handicapées de tester et d’utiliser les dernières innovations du secteur.

 

Cet espace entièrement accessible, ouvert du mardi au vendredi, de 14h à 17h30, accueille gratuitement les usagers, en situation de handicap souhaitant :

-         utiliser en libre service les outils informatiques mis à disposition ;

-         se former avec un appui pédagogique professionnel personnalisé, conçu par la Fondation Garches ;

-         échanger et partager des projets multimédia ;

-         assister à des événements autour des thèmes des nouvelles technologies.

 

Sur réservation et inscription l’EPN organisera, le matin, des ateliers de 4 demi-journées pour se former à l’utilisation du multimédia.

 

Access-Site 

Espace Public Numérique parisien des personnes en situation de handicap

Cité des Sciences et de l’Industrie - Espace autoformation du Carrefour Numérique

30 Avenue Corentin Cariou - 75019 Paris

www.access-site.fr

 

 

 

 

Voir en braille, de nouvelles perspectives pour les personnes aveugles ?

Des prothèses rétiniennes existent sur le marché. Elles permettent à certaines personnes aveugles de lire des lettres ou des phrases courtes, mais cela grâce à un système très encombrant. Une rétine artificielle assortie à une paire de lunettes surmontée d'une caméra, vise à remplacer la rétine défectueuse pour capturer les images. «La prothèse Argus II permet actuellement aux patients porteurs de voir partiellement des objets, des couleurs et leur déplacement dans l'environnement», explique ainsi Generation-nt.

Actuellement, un nouveau système développé par le même groupe, Second Sight pourrait modifier les choses pour les personnes aveugles. En plaçant un réseau d’électrodes dans l’œil d’un patient, des chercheurs sont en effet parvenus à transférer des motifs de braille directement sur la rétine, sans la caméra.

Avec un tel système, les aveugles pourraient lire des panneaux dans la rue par exemple. L’implant permet de traduire l’alphabet en braille et d’envoyer aux neurones visuels une image du braille.

 

Le blog scientifique « Sur la Toile » explique :

«Le système est beaucoup plus léger, mais il en est à ses balbutiements. La prothèse rétinienne comporte un tableau de 10 x 6 électrodes. Le braille classique, lui, compose ses lettres à partir d'un tableau de 6 points répartis en 3 x 2. Pour l'expérience, les chercheurs n'ont affiché que 6 points parmi les 60 électrodes disponibles. Ces électrodes ont directement été stimulées sans passer par la caméra. Elles devaient dessiner des lettres en braille. La personne aveugle qui a testé s'est donc mise à lire des lettres en braille affichées sur sa rétine

Le patient qui a fait l’objet du test utilisait auparavant l’Argus II normal et la lecture d’un mot entier pouvait prendre plusieurs minutes, notamment à cause d’une mauvaise résolution des images envoyées par la caméra. Avec le nouveau système, l’utilisateur pouvait lire jusqu’à une lettre par seconde. Mais on est encore loin de la vitesse permise par la lecture en braille par le toucher : environ 800 lettres par minute. Il s’agirait donc, au moins dans un premier temps, de s’en servir non pas pour la lecture de loisir mais davantage pour se déplacer, lire des panneaux de signalisation dans la rue, etc.

Ce nouveau système est en cours d’essai clinique sur trente personnes, et montre déjà des progrès quant à la perception du monde par les sujets du test, précise Cnet.

 

 

 

OnTheBus : vers un GPS nouvelle génération?

Sourds, aveugles, malvoyants... pas évident de s'aventurer dans les boyaux des transports en commun et de s'y orienter. Jordi Roig, un Catalan aveugle confronté à ce défi de tous les jours, a voulu répondre à cet épineux problème encore peu pris en charge par les industriels. Il a donc créé l'application OnTheBus, disponible sur Android et déjà utilisable dans certains pays d'Europe...

 

Se déplacer en toute aisance dans les transports publics, même lorsque l’on est aveugle ou sourd ? C’est désormais possible avec OnTheBus ! Disponible sur Android et opérationnelle dans quelques villes européennes, cette application a notamment le mérite de guider par reconnaissance vocale et instructions orales, contrairement aux autres programmes GPS ou applications d’aide à la mobilité urbaine.

Pensée par le Catalan Jordi Roig, aveugle et soucieux de faciliter pour tous les déplacements via les transports publics, l’application constitue un guide digital unique en son genre. Concrètement, après avoir indiqué le lieu de destination et choisi l’un des trajets proposés, OnTheBus prend complètement en main la suite des opérations : quel chemin utiliser pour se rendre à l’arrêt de bus, dans quelle ligne monter, où descendre et comment marcher jusqu’au lieu de destination finale... 

Mais si cette appli sort du lot, c’est parce qu’elle met sa technologie de pointe aux services des non-voyants, des malentendants et des daltoniens. Comment ? Notamment grâce à un système permettant d’indiquer sa destination en dessinant les lettres sur l’écran tactile de son smartphone, en utilisant la reconnaissance vocale ou en proposant un système de personnalisation des combinaisons de couleurs. 

 

Téléchargeable sur Google Play, OnTheBus est utilisable en quatre langues (espagnol, catalan, anglais et italien) et dans déjà six villes du vieux continent : Rome, Madrid, Barcelone, Valence, Helsinki et Saragosse. Développée par le groupe GABiTAP (Biomedical Applications and Technologies for Personal Autonomy Group) de l’école d’ingénieurs de l’Université autonome de Barcelone, l’application devrait rapidement être opérationnelle dans d’autres villes et développer ses services aux autres modes de transport ainsi qu’aux taxis. L’intégration de la réalité augmentée et des réseaux sociaux est également au menu.

 

 

 

PHITECH équipe les stations de Tramway de la RATP

Phitech a remporté l’appel d’offres de la RATP, visant à rendre accessibles les informations diffusées par les afficheurs électroniques des arrêts de tramway : 150 stations seront équipées sur les lignes T2, T3, T5.

 

Un fonctionnement simple et efficace :

Dans le cadre de l’assistance aux personnes déficientes visuelles, la télécommande ou un téléphone portable en Bluetooth, déclenche à distance la balise qui transcrit les informations affichées aux arrêts de tramway (horaires, temps d’attente, messages de service...) sous forme de messages sonores. Particulièrement adaptée aux transports, cette solution permet une écoute personnelle et discrète, avec une mise à jour en temps réel des informations. Les personnes déficientes visuelles peuvent ainsi bénéficier des mêmes informations et services que les autres voyageurs.

 

Pour plus d'informations sur la société Phitech :

www.phitech.fr

 

retour au sommaire

 

 

Ouverture de la BNFA !

Nous vous en avions parlé dans le précédent numéro, c’est chose faite : la Bibliothèque Numérique Francophone Accessible est ouverte depuis novembre dernier !

 

Pour rappel, ce projet est d’une part le résultat d’un partenariat et d’autre part le fruit de plusieurs mois de travail collectif entre le GIAA, l’association BRAILLENET et l’association ABA de Genève. Le GIAA est de nouveau au cœur et moteur de l’évolution culturelle et technologique dans le milieu de la déficience visuelle.

 

Cette bibliothèque virtuelle accessible en ligne propose des milliers de titres disponibles au téléchargement depuis le site internet bnfa.fr. Elle sera enrichie progressivement par chaque association.

 

Le téléchargement des livres disponibles sur la BNFA est gratuit.

N’ayez aucune inquiétude, les bibliothèques et kiosques sonores proposés par le GIAA, tant au siège que dans les délégations, poursuivent leurs activités sur abonnement : collections de livres en braille et audio, adaptation d’ouvrages, enregistrement à la demande, accès aux revues audio ... Nous restons à votre écoute.

 

Par ailleurs, si vous n’êtes pas abonné à nos bibliothèques ou revues mais que vous souhaitez vous inscrire, remplissez directement le formulaire en ligne sur le site bnfa.fr. Afin de respecter la loi, vous devrez justifier de votre handicap visuel avant de pouvoir accéder aux ouvrages (photocopie de la carte d’invalidité, certificat ophtalmologique...).

Noël passé faites encore plaisir à vos enfants ou petits enfants avec Ôterciel 

Ôterciel est un nouveau site de ventes de jouets pour enfants en situation de handicap. Il propose une large gamme de jeux et jouets spécifiques pour chaque sens et chaque âge.

Ils stimuleront leur sens de la créativité, leur touché, leur odorat leur vue, leur goût et leur motricité. 

 

Ce site a été créé par Vanessa Guillot. Elle a fait le pari qu’au-delà de leurs différences tous les enfants puissent partager les mêmes rêves et les réaliser au travers d’un univers adapté.

« Je crois réellement au pouvoir de la « thérapie » par le jeu et la vocation première de cette société est de mettre à disposition des outils pédagogiques ludiques et ergonomiques pour favoriser l’échange entre parents et enfants tout en renforçant les aptitudes cognitives des enfants » explique Vanessa Guillot.

Jeu "mémoire à tâter"

En concertation avec des parents d’enfants handicapés et des professionnels de la santé, Ôterciel sélectionne des produits ergonomiques et ludiques adaptés pour tous les enfants. Ils favorisent l’éveil de l’ensemble des sens des enfants. Des pictogrammes de couleurs sur chaque fiche descriptive des produits vendus sur le site permettent de repérer facilement quel sens sera le plus stimulé.

Plus de 400 objets sont référencés. Par exemple le jeu « Mémoire à tâter » est un jeu tactile qui entraîne la mémoire de l’enfant en stimulant son sens du touché grâce à différentes surfaces composées de matériaux variés. On trouve également des « boîtes de triage » étudiées pour les enfants autistes.

 

Site internet : www.oterciel.com

 

 

 

 

Un peu de musique : un nouvel album Jazz «  Regard »

Vincent Hoefman, pianiste compositeur non-voyant, nous a annoncé la sortie d’un nouvel album CD intitulé "regard". Celui-ci a été enregistré en studio ainsi qu'en concert avec un trio de jazz et propose un répertoire chaleureux et dynamique. On y retrouve des compositions personnelles ainsi que des arrangements sur des standards du jazz et de la chanson française.

 

Pour se procurer cet album vous pouvez adresser un chèque de 15 euros à l'ordre de L’association "A l'unisson" (4, rue Carlencas, 34000 Montpellier) ou les contacter par téléphone au 04 67 06 50 50 ou par mail: hoefman@free.fr.

 

En savoir plus : www.hoefman.fr 

 

Il est possible d'obtenir sur demande et gratuitement une édition adaptée de la pochette du disque (braille, audio ou texte électronique).

 

 

La randonnée pédestre pour les non et mal voyants se développe dans le Var

Par le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre du Var

Depuis un an, le Touring-club du Var organise des randonnées au profit des non voyants et mal voyants. Dans un premier temps, trois randonnées spécifiques ont été effectuées, avec l'aide de membres du club. Après cet essai, trois personnes ont adhéré au club, leur handicap s'étant révélé ne pas être un obstacle à cette pratique.

Marie-Christine, Raoul et Jean-Paul, déficients visuels, font confiance aux accompagnants que nous sommes et se laissent guider en tenant une extrémité du bâton dont l'un de nous tient l'autre bout. Ils participent à certaines randonnées telles que proposées à notre programme, entre 12 et 15km et de difficulté moyenne.

Nous sommes surpris par l'aisance de ces personnes handicapées dont l'humour et la bonne humeur sont intacts. Le contact s'est établi très vite. Ils dirigent le « groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes » (GIAA), lequel apporte aux déficients visuels aide et soutien, rééducation, livres, y compris livres de classe traduits en Braille.10 salariés et 86 bénévoles travaillent sur Toulon.

Forts de notre expérience et à la demande du Club de St Tropez (UST randonnée pédestre), nous avons fait dimanche 10 juin une randonnée commune autour de la Chartreuse de La Verne que nous avons pu visiter ; 34 personnes dont nos amis non et mal voyants y ont participé. Malgré la difficulté de certaines descentes, soutenus et applaudis par les membres des 2 clubs, Marie-Christine et Raoul ont terminé en beauté cette rando qui était pour eux la dernière prévue de la saison.

Suite à cette journée, l'UST « bluffée » par leur performance, envisage à son tour de proposer des sorties adaptées à un club de non voyants tropéziens.

Contacts et informations :

Mail : touringclubduvar@sfr.fr

Site internet : www.touringclubduvar.com

 

 

Nouveau service « Domicile-Train » de la SNCF

Destiné à ses usagers handicapés ou invalides temporaires, le service « Domicile-train » consiste à venir vous chercher à votre domicile et à vous accompagner jusqu’à votre place dans le train.

Ce service peut s’élargir à quelques vérifications d’usages (tels que mise en route de l’alarme, coupure de l’eau ou de l’électricité) à votre place avant votre départ ainsi que vous faciliter les achats de dernières minutes (sandwich, magazine..).

 

Vous pouvez également cumuler avec le service « Accès Plus » qui est une prestation gratuite, à réserver minimum 48 heures avant votre départ. Elle permet de faciliter et simplifier le voyage en amont et en aval (réservation du billet, service d’accueil, assistance…). Sachez, cependant, que ce service ne vous donne droit qu’à un bagage unique de moins de 15 kg contrairement à « domicile-train » qui donne droit à trois bagages.

 

Si cet accompagnement « domicile-train » vous intéresse, les renseignements et réservations s’effectuent au 3635. La réservation doit se faire au moins une semaine avant le départ.  La prestation se règle directement auprès de l’accompagnateur « Age d’Or Service ». Les tarifs varient en fonction de la distance parcourue entre le domicile et la gare. Vous pouvez utiliser le chèque emploi service universel préfinancé qui vous permet d’obtenir une réduction d’impôt égale à 50% des sommes versées.

 

Pour votre prochain déplacement en train, essayez ce service et partagez avec nous vos impressions sur la prestation fournie. 

 

 

 

Le GIAA confirmé sur le Stand des Editions Adaptées au Salon du Livre 2013

Par Nathalie Sassier

 

Affiche du salon du livre : 2 livres ouverts dos à dos dont les pages sont ouvertes Une nouvelle fois cette année, le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes sera présent au Salon du Livre de Paris. Sur le stand des Editions Adaptées, il s’agira de présenter l’offre accessible pour les personnes aveugles ou malvoyantes mais aussi de sensibiliser le grand public à nos actions en faveur de la lecture adaptée.

 

Du 22 au 25 mars à la Porte de Versailles - Pavillon 1, n’hésitez pas à venir à notre rencontre.

 

Les grands rendez-vous de l’édition 2013 du Salon :

› Les Lettres roumaines à l’honneur

› Barcelone, ville invitée

› Rendez-vous au Square culinaire !

› Art & Trésors de livres

› La création éditoriale française

 

Horaires :

Vendredi 22 et samedi 23 mars : 10h - 20h

Dimanche 24 mars : 10h - 19h

Lundi 25 mars : 13h - 19h (Matinée réservée aux professionnels du livre)

 

Accès transports :

Métro : Ligne 12 - Porte de Versailles

Tramway: Ligne T2 & T3, arrêt Porte de Versailles

Bus: lignes 39 - 80, station Porte de Versailles

 


retour au sommaire

DOSSIER Le livre audio

L’audio, les audios ?

Par Nathalie Sassier

 

 

L’audio tout le monde en parle, tout le monde a une idée de ce dont il s’agit mais ce format, puisqu’il s’agit bien d’un format, a de nombreux visages. Par lequel commencer ?

Nous avons choisi de nous lancer en parlant de ce que nous connaissons pour l’avoir lancé en 1949, le livre audio. Nous reviendrons donc sur son évolution et ceux qui permettent de le proposer et de le faire découvrir au plus grand nombre.

 

 

 

 

L’audio : des formats

Par Nathalie Sassier et Stéphane Guasson

 

Avant de parler de ceux qui font les ouvrages audio, faisons un tour d’horizon de ce qui est proposé actuellement.

 

 

Le format DAISY (Digital Accessible Information SYstem)

logo DaisyDAISY est une norme internationale pour les livres accessibles développée par un consortium de bibliothèques pour personnes aveugles. Importé du Canada en France pour la première fois en 2004, il constitue un format d’enregistrement élaboré à partir du format MP3. Les livres audio DAISY peuvent être enregistrés par une synthèse vocale ou lus par une voix humaine.

Pour les romans notamment, la voix humaine est généralement privilégiée. Pour les documents techniques, les catalogues, les manuels, les journaux et les informations qui changent souvent, une version audio produite par une synthèse vocale est possible. Malheureusement une synthèse vocale de qualité n'est pas forcément disponible pour toutes les langues européennes.

 

Le livre en Daisy comporte plusieurs avantages majeurs :

·         La qualité du son « numérique » est meilleure que celle du son « analogique » d’une cassette audio utilisée par le passé.

·         Grâce aux balises, il est possible de naviguer dans la structure de l’ouvrage sonore (partie, chapitre, paragraphe, …). Ceci est impossible pour un enregistrement sur cassettes ou un enregistrement MP3 classique en continu. Il est même possible d’accéder à des pages précises et de réécouter, par exemple, un chapitre, un paragraphe,…

·         Une fonction de l’appareil de lecture « Daisy » permet d’accélérer la vitesse de lecture, sans distorsion de la voix.

·         On peut éjecter le CD et éteindre l’appareil sans perdre le fil de la lecture. Lorsque qu’on le réinsère, la lecture reprend à l’endroit exact où elle a été interrompue.

·         La personne aveugle peut placer des signets à n’importe quel endroit : l’appareil lui permet d’y revenir instantanément.

 

Les livres numériques

Les livres numériques ne constituent pas un format alternatif comme c'est le cas des gros caractères ou du braille. Néanmoins, ils offrent aux personnes aveugles ou malvoyantes un accès rapide et moins coûteux à un plus grand nombre de livres.

Attention bien sûr car les livres numériques se présentent sous différents formats en fonction de la maison d’édition et de la collection. Malheureusement, la technique de cryptage utilisée dans beaucoup de ces formats rend les livres inaccessibles car inadaptés aux lecteurs aveugles et malvoyants.

 

La synthèse vocale : son fonctionnement 

Première chose fondamentale, la synthèse vocale n’est pas la commande vocale. Le livre n’est pas transformé en robot qui se déclenchera au doux son de votre voix. Il a été lu par une synthèse et cette lecture a été enregistrée.

 

On entend parler de voix synthétique dès les années 60. Elle intègre notamment les répondeurs vocaux. Il s’agit d’une voix totalement artificielle reconnaissable par sa tonalité peu naturelle. C’est à partir de 1985 que les voix de synthèse s’améliore et naissent ainsi Bruno, Sébastien, Virginie ou encore Simone du nom de l’orateur humain éponyme. Le GIAA utilise la plus récente : Alice.

 

La synthèse vocale est donc la création automatisée de livres audio lus par une voix synthétique. Le lecteur est l’ordinateur. On peut moduler la vitesse d’élocution, la façon de prononcer un mot.

 

 

Obtenir un livre en synthèse vocale :

La première phase est une phase d'acquisition du texte. On peut scanner le document papier puis faire une reconnaissance de caractères ou comme depuis le serveur Hélène rapatrier des fichiers textes prêts à être adaptés. On peut également le saisir entièrement, ce qui peut être très long. Ou, au contraire, sur des textes courts, se révéler plus rapide qu'une étape [scanner + reconnaissance de caractères], exemple de fichiers Power Point...

Une fois le fichier texte créé, il faut l'adapter. On doit en modifier la ponctuation pour que la voix synthétique lise le texte avec un rythme naturel. On doit également rechercher les mots sur lesquels la synthèse butera, les référencer dans un "lexique phonétique" qui automatise leur bonne prononciation.

 

Enfin, il faut normaliser le texte selon les codes propres au format Daisy et au GIAA : le paginer et le chapitrer comme un ouvrage DAISY classique. Dernière étape : on adapte le texte pour qu'il réponde aux exigences de l'association (mentions légales, informations sur la navigation dans le livre).

 

 

 

 

 

 

 

L’audio par nécessité : création des livres parlés du GIAA

Par Nathalie Sassier

 

Le GIAA a été créé en 1949 par des étudiants afin de palier au manque de moyens mis à leur disposition dans le cadre de leurs études. Un an plus tard, le service de lecture par les étudiants est mis en place avec les premiers enregistrements sur magnétophones à bandes effectués à la demande par des étudiants à Rennes. Ainsi sont nés les livres parlés du GIAA.

 

Ce n’est que dans les années 70 que la cassette audio fera sont apparition. Les livres sont enregistrés sur des bandes magnétiques par des lecteurs bénévoles. Le livre complet était alors livré sur plusieurs cassettes. Le format limitant la durée. En effet, les cassettes ne permettaient de contenir « que » 90 minutes d’enregistrement. Hors un livre de poche de 200 pages correspond en moyenne à 120 minutes d’enregistrement.

 

10 ans plus tard, le GIAA développe les revues sur cassettes : la duplication et la diffusion sont effectuées dans des ateliers monastiques en province. Ce sont désormais 25 périodiques sonores qui sont proposés aux personnes aveugles ou malvoyantes !

 

cd audioCes « livres parlés » ont rendu des services inestimables. Cependant, en raison de l’évolution de la technologie, la cassette a été amenée à disparaître. Ainsi le livre parlé analogique est devenu le livre audio numérique dans les années 2000.

Aujourd’hui, le GIAA propose une des plus importantes Librairie Sonore et Braille de France ainsi qu’un Kiosque Sonore et Braille pour s’abonner à des revues jeunesse et adulte. Plus de 20 000 titres dont plus de 5 600 livres numériques sur CD audio au format DAISY sont disponibles.

 

Depuis sa création, pour aider ceux qui sont empêchés de lire le GIAA concentre une grande partie de ses efforts sur l’enregistrement ou l’impression d’ouvrages spécifiques ou de culture générale, de revues, de textes documentaires, sur des supports adaptés aux besoins des déficients visuels.

 

 

 

 

 

 

 

Logo Lire dans le NoirLire dans le Noir : l’audio par choix

Par Nathalie Sassier

 

Verbatim : « Il y a des rencontres qui nous changent. »

 

Lire dans le Noir est une « jeune » association loi 1901 créée en 2002 par Aurélie Kieffer (cf. interview ci-dessous) et Lucas Menget.

Sa mission est de faire connaître les livres audio en France en diffusant des informations, en proposant des animations, en organisant des rencontres… Elle organise notamment depuis plusieurs années le prix « Lire dans le Noir ».

 

La création de Lire dans le Noir :

Il y a des rencontres qui nous changent. Julien Prunet était l’une de ces personnes que l’on n’oublie pas : de ceux qui ne râlent jamais et surmontent tous les obstacles. Aveugle depuis l’âge de 7 ans, il était devenu un talentueux journaliste. En même temps, il aidait les autres au sein de l’association Paul Guinot. Il rêvait de trouver en France autant de livres lus qu’en Angleterre. Quatre mois après la disparition de Julien, l’association « Lire dans le noir » était fondée afin de lui rendre hommage en participant à la réalisation de son rêve.

 

 

Rencontre avec Aurélie Kieffer, présidente de l’association « Lire dans le noir »

« Lire dans le noir », pourquoi, comment ?

L’association a été créée suite au constat que les livres audio étaient quasiment absents des librairies françaises. Elle s’est ainsi lancée par l’enregistrement audio du livre de Jean d’Ormesson C’était bien par l’auteur lui-même. Après s’être intéressé aux sorties prochaines de livres par les différents éditeurs, il semblait évident à cette époque que cet auteur, au nom évocateur, permettrait de toucher le plus grand nombre. Déjà, notre souhait était de coller le plus possible à l’actualité littéraire et dates de parution des ouvrages « papier ». Cela dans le but de dépoussiérer l’image du livre audio pour le grand public en privilégiant les auteurs contemporains.

 

Comment avez-vous réussi à solliciter les auteurs eux-mêmes ?

Nous sommes directement passés par les auteurs. Les maisons d’édition étaient, et le sont encore un peu, frileuses. Ils nous considéraient alors comme une concurrence qui leur faisait perdre la gestion de leur catalogue. Tout en considérant et en se cachant derrière les problèmes de droit d’auteur. A l’époque quelques maisons, telle Gallimard, avaient des collections de livres audio mais elles étaient confinées et ne concernaient que le livre jeunesse.

En se lançant, l’association a forcé les choses. Pour les maisons d’éditions, il a ainsi fallu passer à l’étape suivante et faire avec le livre audio, penser avec le livre audio. Surtout quand elles ont compris que nous n’étions pas en concurrence déloyale car le tarif que nous proposons correspond à l’édition papier plus 1 euro par CD utilisé pour l’enregistrement.

 

Vous vous adressez au grand public, connaissiez-vous le milieu de la déficience visuel, premier consommateur de livre audio ?

Je n’y avais été confrontée que dans le cadre du travail avec mon collègue Julien, lui-même aveugle. Nous avons bien entendu sollicité différentes associations spécialisées mais comme pour les éditeurs, il y avait une certaine frilosité. Nous avons donc décidé de créer une association propre avec le soutien de Radio France et différents partenaires. Nous avons pris le parti d’être complémentaires des bibliothèques audio associatives et d’ouvrir l’accès au livre audio, le faire sortir du ghetto et de l’image dévalorisante du support par opposition au support « noble » : le papier.

Il faut donner le choix aux personnes : livre « classique » sur papier ou livre audio. Ne pas rester sur l’idée qu’il existe uniquement pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

 

 

A 10 ans d’existence, quel bilan faites-vous de l’action de « Lire dans le noir » ?

Tout n’est pas encore fait.

Nous avons réussi à donner l’exemple aux maisons d’éditions pour qu’elles proposent et élargissent leur collection en intégrant l’audio. Il y a eu notamment la création d’Audiolib. Mais le réflexe de la sortie en simultané n’est pas encore acquis.

Nous avons contribué à rendre ce support plus moderne mais nous sommes loin derrière ce qui se pratique en Suède, Grande-Bretagne ou en Allemagne.

Malheureusement, les médias ne parlent pas assez du livre audio, les libraires sont souvent frileux ou n’ont pas toutes les informations. Par exemple certaines radios considèrent le livre audio comme une concurrence directe. Il est trop tôt pour parler d’essor du livre audio grand public, un grand travail de sensibilisation est encore nécessaire et nous allons continuer à nous y atteler.

 

 

 

Médiathèque publique : des efforts et des fonds sonores disponibles

Par Pierre Marragou

 

Depuis une trentaine d'années, des bibliothèques publiques s'attachent à favoriser  l'accès des publics de personnes handicapées à la lecture et à la culture. Ce mouvement amorcé par quelques bibliothèques pionnières à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (bibliothèque d'Antony en 1975, BPI en 1984...), s'est accentué au cours des dernières années. La loi du 11 février 2005 sur le handicap fixe un cadre - et des obligations - en termes de mise en accessibilité qui s'appliquent aussi aux bibliothèques publiques.

 

Qu'est-ce qu'une bibliothèque accessible?

Claire Bonello identifie trois dimensions à la notion d'accessibilité : il s'agit bien sûr de la l’accessibilité des bâtiments (ascenseurs vocalisés, bandes de guidages, signalétique adaptée pour les déficients visuels) ou, et cela est moins connu, des services disponibles sur Internet. La loi donnait 3 ans aux sites internet publics pour s'y conformer mais sans prévoir de sanction en cas de non respect de cet objectif. Autre aspect majeur : l’accessibilité des collections. Elle concerne plus encore les déficients visuels (livres ou revues en braille, audio ou caractères agrandis, ordinateurs avec synthèse vocale et grossissement de caractère, scanner, imprimante et terminal braille). En la matière la loi du 1er août 2006, dite "loi DADVSI", prévoit une "exception au droits d'auteurs" qui facilite les adaptations d'ouvrages. Enfin, favoriser l'accessibilité passe aussi par la prise en compte du handicap dans l'organisation des animations et activités proposées par les bibliothèques. De Toulouse, avec son pôle « l'Œil et La Lettre » au sein de la médiathèque Cabanis, à Antony, où un service prête des ouvrages braille sur l'ensemble du territoire, en passant par les médiathèques parisiennes Yourcenar et Duras ou marseillaise l'Alcazar (Espace Lire Autrement), les établissements les plus dynamiques sur ce sujet ont ouvert des espaces dédiés aux lecteurs en situation de handicap, aveugles ou malvoyants notamment. Ces espaces mettent à disposition du matériel et des collections accessibles. Les initiatives citées ci-après sont quelques exemples de ces services dédiés. Pour une liste plus exhaustive, nous vous renvoyons à l'inventaire dressé par l'ANPEA.

 

L'Espace Homère à Montpellier

Créée en 1996, la nouvelle médiathèque centrale répond à la fois à un impératif d'accessibilité globale (balise d'audioguidage à l'intérieur du bâtiment, bandes podotactiles, etc.) et à la nécessité de proposer des services spécifiques (collection de plus de 300 livres braille, 2500 ouvrages agrandis, ordinateur adapté, machine à lire...).

 

La BPI, des outils et des animations accessibles

Outre la mise à disposition de loges équipées des technologies nécessaires à l'accès à l'information (cf. rubrique actualités), la BPI propose des formations à l'informatique et des aides à la prise de note. Elle propose également un programme d'animations accessibles.

 

 

Pour en savoir plus :

- Bonello, Claire, « Accessibilité et handicap en bibliothèque », BBF, 2009, n° 5, p. 34-40
- AlphaBIB, un outil collaboratif destiné aux bibliothèques pour améliorer l'accueil des personnes en situation de handicap

-  ANPEA, "bibliothèques et médiathèques, éditeurs adaptés"

 

 

Quelques adresses :

L’Alcazar – Espace lire autrement

58 Cours Belsunce - 13001 MARSEILLE

Tél. : 04 91 55 90 00

 

Médiathèque José Cabanis – pôle L’Œil et La Lettre

1 allée Jacques Chaban-Delmas - BP 5858 - 31506 TOULOUSE CEDEX 5

Tél. : 05 62 27 45 86

 

Médiathèque centrale d’agglomération Émile Zola. Espace Homère

240 rue de l’Acropole - 34000 MONTPELLIER

Tél. : 04 67 34 87 00

 

Bibliothèque municipale de Lille - Service « Lecture pour tous »

32 rue Édouard Delesalle - 59043 LILLE CEDEX

Tél. : 03 20 15 97 20 (poste 258).

 

Cité des Sciences et de l’Industrie – Salle Louis Braille (niveau -1 de la médiathèque)

30 avenue Corentin Cariou - 75930 PARIS CEDEX 19

Tél. :01 40 05 78 42.

 

 

 

 

Les pionniers : Des mots et merveilles, une librairie pas comme les autres

Par Nathalie Sassier et Marie de Saint Blanquat

 

intérieur de la librairie« Un beau jour de 1986, Edgar Haddad, enseignant en lettres et comédien, et Sylvie Labarte, psychologue-chercheuse-documentaliste, tous deux dévoreurs de littérature, constatèrent que, sur le terrain du texte enregistré, nous étions, en France, bien à  la traîne. Alors que, dans les pays anglo-saxons, ce mode d'expression florissait, chez nous, c'était la carence : difficile de s'offrir le bonheur de se laisser emporter par une voix qui vous raconte des histoires, de rêver, bercé par la musique d'une voix de conteur.

Pourtant, des créateurs existaient et travaillaient dans leur coin, des éditeurs produisaient et peinaient à  se faire connaître. Mais peu d'écho médiatique, peu d'intérêt suscité, peu de diffusion. En pionniers du Livre Enregistré, Sylvie et Edgar décidèrent donc de contacter tous les acteurs du domaine, recherchèrent et réunirent les productions existantes. Ils créèrent une société, cherchèrent un local pour s'y installer : Mots et Merveilles était né. Depuis ce temps, Mots et Merveilles a étendu l'éventail de ses clients : une grande partie des Bibliothèques de France, certaines d'autres pays, des particuliers servis en boutique ou par correspondance. »

 

Leur objectif est toujours le même : dénicher et diffuser tous les produits existant en audio (littérature, théâtre, témoignages, mais aussi contes et chansons pour enfants), des plus petits labels aux plus grandes maisons de production. Pour cela, ils puisent notamment dans les collections Livraphone, Audiolib, Ecoutez Lire ou les éditions VDB.

Et comme le dit Marie de Saint Blanquat en sortant de cette boutique : « Il ne manque que l’odeur des livres ».

 

Mots et merveilles

63 Boulevard St-Marcel, 75013 Paris - Métro Gobelins

Tél : 01 47 07 25 21 - Fax : 01 43 37 61 27

Email : info@motsetmerveilles.com  

 

La librairie est ouverte du Mardi au Samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h.

 

 

Révolution dans le monde de la bulle : la bande dessinée audio

Par Beatrix Alessandrini et Nathalie Sassier

 

Tout a commencé en 2011 par une discussion entre personnes déficientes visuelles, certaines ayant déjà vu, d’autres jamais.

L’intérêt suscité par la description de Tintin, de son inséparable Milou, du capitaine Haddock… a fait prendre conscience d’un manque à combler.

Sur un « chiche ! », la délégation Aquitaine du GIAA, s’est lancée dans cette entreprise osée. Une équipe s’est ainsi constituée pour réaliser « Tintin au Tibet » au format audio. Une première dans le monde de la BD. En effet, il semblait alors impossible de transcrire de la bande dessinée en audio. Depuis, c’est chose faite pour la plus grande joie des personnes déficientes visuelles !

 

La bande dessinée audio-décrite : comment  ça marche?

L’ampleur de la tâche n’aura pas découragé les membres de l’association, au contraire !

« Il fallait dans un premier temps décrire les images une à une, enregistrer ensuite ce texte qui constitue la voix off sur laquelle le lecteur bénévole a inséré les dialogues. Les personnages sont plus vrais que nature, une vraie distraction et une création dont nous sommes très fiers. » Beatrix Alessandrini, directrice de la délégation Aquitaine du GIAA.

 

Aujourd’hui 4 titres sont parus en audio et l’enthousiasme perdure. Ainsi, après Tintin au Tibet, L’Oreille Cassée, Les Bijoux de la Castafiore avec la présence de la chanteuse, magistralement interprétée, c’est l’album Les sept boules de cristal qui complète la collection.

On pourra y découvrir de nouveaux personnages : le Fakir Ragdalam, le professeur Bergamotte et un petit monde de gendarmes ou policier dignes « des Tontons Flingueurs ».

Fidèle au poste, notre audiodescripteur, Nicolas, ne se lasse pas d’explorer ainsi le monde de Tintin et d’enregistrer une kyrielle de bénévoles voyants ou non-voyants qui n’ont pas fini de faire rigoler les murs de la délégation aquitaine.

 

Ces bandes dessinées sont disponibles sur CD audio au format Daisy. Ils sont proposés aux abonnés de l’association et également disponibles pour toutes les personnes déficientes visuelles en France (une participation aux frais sera demandée).

 

 


retour au sommaire

VIE DU GIAA

 

Participation au FORUM des ASSOCIATIONS à Clermont Ferrand

Par Sandrine Machado Pinto

 

La Mairie de Clermont-Ferrand a, comme les années précédentes, organisé un forum où se sont retrouvées les associations de tous types. La délégation AUVERGNE était présente à ce rendez-vous. Réginald et Sandrine ont assuré la permanence sur un stand le samedi 22 septembre dernier.

 

Cette manifestation a permis de faire connaître le GIAA et les actions menées par la délégation Auvergne. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer les élus municipaux qui ont bien voulu cette année encore nous faire bénéficier d’une subvention.

 

Nous avons en particulier rencontré des personnes susceptibles de devenir des bénévoles au sein de l’association. Celles-ci ont été particulièrement intéressées par la lecture des ouvrages et la confection de support informatique au format DAISY. Un renfort certain pour l’équipe de bénévoles de la délégation !

 

 

Les Journées Nationales des Associations d’Aveugles et de malvoyants : week-end de quête et de partage

Par Laurence Hays

 

Cette année encore la mobilisation a été forte lors des Journées Nationales des Associations d’Aveugles et de Malvoyants (JNAA) pour faire face à une conjoncture plutôt défavorable.

 

Lettre de remerciement d'une classePlus d’une centaine d’élèves d’établissements scolaires d’Ile-de-France et de Province a bravé la pluie afin de répondre à notre appel et participer à ce grand week-end de collecte nationale les 6 et 7 octobre.

 

Toute l’équipe du GIAA se joint à moi pour remercier tous les participants et leur grand élan de générosité !

Merci donc à Valentine, Alice, Gabriel, Mélissa, Maud, Florian, Louis, du Collège Saint Joseph de Sarlat, à Léa, Laurine, Roxanne, Laura, Marie-Camille du Collège Saint Philippe Néri de Juan les Pins, aux élèves du Collège Jeanne d’Arc de Mazamet pour la lettre qu’ils nous ont adressée, et à tous les autres…

 

Grâce à vous, nous allons pouvoir poursuivre les actions que nous menons en faveur des personnes aveugles ou amblyopes afin d’améliorer leur vie au quotidien.

 

 

 

 

Boursorama : enregistrement d’un recueil de contes par les salariés

Par Claire Paris

 

Boursorama, mécène du GIAA, représenté par sa PDG, Madame Inès Mercereau, a souhaité marquer son engagement auprès de l’association en mobilisant ses collaborateurs pour l’enregistrement d’un livre de contes. Cette nouvelle adaptation audio s’ajoute au catalogue du GIAA et profitera à de nombreux enfants déficients visuels et leur entourage.

 

sérigraphie du cd de contes25 salariés, dont Madame Mercereau, ont relevé ce défi et cela sur leur temps de travail. Chacun a reçu un texte en amont afin de procéder à l’enregistrement en un temps record. Un challenge pour certains, qui ont pu se rendre compte de la difficulté d’enregistrer à voix haute, exercice si différent de celui de lire avec les yeux.

Cette aventure humaine de partage s’est déroulée dans la bonne humeur collective et le résultat final est maintenant disponible. Les 37 contes composant le volume 2 du recueil Contes et Légendes du Monde Entier ont été enregistrés !

Et un défi de plus relevé !

 

N’hésitez pas à le recommander aux personnes déficientes visuelles de votre entourage !

 

 

 

Sensibilisation de salariés en entreprises : le GIAA intervient chez Mondial Assistance et Stéria

Par Véronique Moutiez

 

Sensibiliser, pour lutter contre l'ignorance et les préjugés

En octobre et novembre dernier, les bénévoles du GIAA et du Club Emploi ont effectué plusieurs opérations de sensibilisation au handicap visuel dans des entreprises qui souhaitaient engager une action concrète pour mobiliser leurs salariés à l'occasion de la Semaine pour l'Emploi des Personnes Handicapées.

 

La sensibilisation sous toutes ses formes

Un beignet de crevette, quelques paires de chaussettes, un parfum de muguet, le bruit d'une agrafeuse ... Non, ce n'est pas un inventaire à la Prévert, ce sont quelques uns des "ustensiles" utilisés lors des ateliers sensoriels. Ces ateliers ont pour objectif de mettre les participants en situation (les yeux bandés ou munis de lunettes de simulation) pour leur faire éprouver de façon ludique les sensations d'un déficient visuel et les amener à mobiliser leurs autres sens en compensation de l'absence de vision.

Complétés par une initiation au braille, un parcours les yeux bandés, avec une canne blanche ou un chien guide(*) et une démonstration de matériels adaptés (ordinateur équipé de synthèse vocale, agrandisseur de caractères, bloc-notes et plage braille, matériel pour reconnaître les couleurs ...), l'opération de sensibilisation peut être adaptée en fonction des besoins et objectifs de l'entreprise.

 

... et à géométrie variable

Ainsi, chez Edenred (Tickets Restaurant, Kadeos, CESU ...), le GIAA était sollicité pour accompagner un chef de service et son équipe qui allaient accueillir une jeune non voyante en contrat d'apprentissage. Un accompagnateur au Club Emploi, a donc animé un atelier sensoriel et a également pu donner les conseils pratiques en vue d'une intégration réussie, en se basant sur sa propre expérience de manager déficient visuel. Même formule pour l’Occitane qui a souhaité sensibiliser ses salariés à l’heure du déjeuner.

 

Mondial Assistance, partenaire du GIAA, a sollicité l’association pour l’organisation d’ateliers de mise en situation et de sensibilisation au handicap visuel pour l’ensemble de ses salariés de Bagnolet sur une journée complète. «Parce que rien ne vaut les explications de ces personnes, avec leur autodérision et l'acceptation de la gêne de l'autre», déclare Dominique Bost, directeur initiatives stratégiques France.

 

L'entreprise Steria (services et ingénierie en informatique) pour sa part avait choisi cette année le handicap visuel pour appuyer son opération « One Day Challenge ». Cette journée solidaire internationale visait à mobiliser les salariés du groupe afin de récolter des fonds destinés à financer les études d'un élève ingénieur malvoyant accompagné par le Club Emploi. Les sensibilisations ont eu lieu simultanément à Meudon, Vélizy, Nantes et Rennes.

 

Sensibilisez, sensibilisez, il en restera toujours quelque chose !

Le GIAA est depuis longtemps présent dans les établissements scolaires pour faire connaître le handicap visuel aux plus jeunes. Intervenir en entreprises est un prolongement logique de cette présence. Avant de leur demander d'embaucher des mal voyants, la première étape consiste à leur démontrer que ceux-ci sont capables d'être d'abord de bons professionnels et "accessoirement mal voyants". Les sensibilisations, animées par des déficients visuels, sont donc un excellent moyen d'accroître leur maturité pour qu'à l'avenir les chargés de recrutement, en connaissance de cause, se disent : "oui, pourquoi pas ?".

 

pèle mèle de photos issus des différentes sensibilisations en entrerprises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les actions en chiffres

- 4 entreprises en 2012 : L'Occitane, Steria, Edenred, Mondial Assistance

- Des centaines de salariés participants

- 7 sites concernés à Paris, Région parisienne et province

- 20 animateurs, salariés et bénévoles, sans lesquels ces opérations n'auraient pas été possibles. Qu'ils soient tous ici chaleureusement remerciés pour leur implication et leur enthousiasme.

 

* (Bishka, le chien de notre présidente voudra bien me pardonner de le traiter d'ustensile)

 

 

 

Sensibilisation d’enfants à Nemours

Thierry GAUTIER, malvoyant, est intervenu bénévolement lors de la dernière Semaine de Solidarité Internationale (du 17 au 24 novembre) à l’école Ste-Marie de Nemours.

Tout a commencé par une présentation des diverses versions adaptées de la revue jeunesse « Je lis déjà ». Ce sont ainsi 230 élèves, du CP au CM2, qui ont été sensibilisés à la déficience visuelle et au braille.

Classe par classe, Thierry a expliqué en 45 minutes chrono comment lisait un enfant déficient visuel et comment plus généralement les personnes aveugles ou malvoyantes avaient accès à la lecture au quotidien et comment réagir en leur présence avec quelques conseils de guidage.


Sur le temps de la cantine un atelier d’écriture braille a été organisé avec du matériel (tablettes, poinçons, alphabet) récupéré à la délégation d’Angers.

Parmi les élèves, de nombreuses réactions :

" - Le braille, c'est génial, c'est comme une autre langue alors que nous, on écrit en français !

- J'aime bien faire des lignes de "é".

- C'est dur d'appuyer avec le poisson !"

En général, ils semblaient plus "médusés" par le fonctionnement de la Perkins et du bloc-notes que par la tablette et la lecture braille, utilisée au quotidien par l'intervenant dans ses autres attributions au sein de l'établissement.

 

Les professeurs aussi se sont montrés très intéressés :

 

Photo de l'intervention de M. Gautier dans une clases "- Cela doit être difficile pour un enfant de repérer de ne pas confondre le sens lecture et le sens écriture, en miroir.

- De nos jours, des outils doivent quand même exister pour la pré-lecture en maternelle, notamment avec l'association "Les doigts qui rêvent".

 

Et toujours de nombreuses questions :

"- Est-ce que moi aussi je peux perdre la vue ?

- Etes-vous né comme ça ?

- Mais comment faîtes-vous pour sentir les points ?

- Comment avez-vous appris le braille ?"

 

Encore une semaine riche en échanges et en attention.

 

 

 

 

Un pot pas comme les autres

Par Marie de Saint-Blanquat

 

« Pour moi, ce 25 septembre, le pot entre bénévoles et salariés de la rentrée a eu un goût tout  particulier : chaleureux et un buffet superbe par toutes les productions et spécialités des uns et des autres, comme d'habitude, et beaucoup de monde, aussi, dans les trois bureaux de l'accueil.

Ce jour-là, j'ai eu l'occasion de revoir "une dernière fois" pour leur témoigner ma gratitude et pour leur dire au revoir toutes les personnes bénévoles que j'ai non seulement côtoyées pendant ces années mais avec lesquelles bien souvent j'ai "échangé" une réelle amitié.

 

Photo de Marie de Saint Blanquat

 

 

Au-delà du plaisir de retrouver toutes les équipes du siège, j'ai eu la surprise de recevoir deux cadeaux très différents : un "bon" pour un voyage à Madagascar où j'ai passé 3 années de mon adolescence et pour qui je garde au cœur une tendresse particulière. Quand j'ai pris connaissance de l'autre cadeau, plusieurs jours plus tard, une immense émotion m'a envahie : sur un CD tout à fait banal j'ai retrouvé de nombreuses voix avec lesquelles j'avais si souvent échangé : le Livre d'or du GIAA comprenant des messages gentils, drôles, émus ou quotidiens... Et, de ma lointaine Ariège, je n'ai pu retenir la petite larme d'émotion : "trop beau, trop fort" comme disent les gamins.

Merci, merci à tous, les permanents solides, les bénévoles constants et les abonnés fidèles. »

 

 

 

 

 

 

 

Les essais de la Commission des Techniques Professionnelles

Par Pierre Marragou

 
Démonstration du GPS KAPTEO

Visuel du Kapteo
Yannick Bréavoine, expert en accessibilité d’EO–GUIDAGE, a présenté le GPS Kapteo.

EO-GUIDAGE, créé par Gilles Rochon en 1993, installe des feux sonores activés par une télécommande, sur la fréquence 868.3. Une norme AFNOR en 2002 affecte cette fréquence aux systèmes d'accessibilité des déficients visuels. La télécommande EO peut être utilisée sur demande en appuyant sur le bouton, ou être mise en mode automatique.

L’ensemble de la chaine du déplacement est adaptée par EO-GUIDAGE, avec des bandes podo tactiles et des balises haut-parleur placées au dessus de la porte du bâtiment, qui permettent au déficient visuel de repérer l’entrée. Les messages diffusés par les balises HP peuvent être changés facilement ainsi que leur volume. En appuyant une deuxième fois sur le bouton de la télécommande, des informations plus précises sont fournies par le haut parleur, par exemple pour se rendre à l’accueil.

 

Kapteo est une évolution du GPS Kapten, créé par la société Kapsys, et destiné au grand public. Kapten a été conçu sans écran pour la sécurité des motards en particulier, avec reconnaissance vocale et synthèse vocale. Kapsys se serait réorienté vers les déficients visuels avec le Kapten-Plus testé par le CERTAM. Ce dernier aurait souhaité intégrer une fonction télécommande dans le Kapteo pour déclencher les feux sonores et haut-parleurs des balises. Le Kapten Mobility est une nouvelle version du Kapten. Pour comparer le Kapten Mobility au Kapteo, il a une autonomie de 15 heures, alors qu'elle est de quatre heures pour le Kapteo. Kapten Mobility possède une carte SD et un lecteur DAISY, qui remplace le lecteur MP3 du Kapteo.

 

Kapteo fonctionne par commande vocale. Après avoir appuyé sur le bouton de prise de parole, l'usager s’exprime avec des mots clés par exemple pour demander le niveau de batterie. Le Kapteo répond vocalement.

Une radio FM intégrée et un lecteur MP3 s’actionnent par une demande vocale.

 

Le GPS du Kapteo : Yannick Bréavoine précise que seuls des déficients visuels autonomes dans leurs déplacements (avec une canne ou un chien) peuvent utiliser le Kapteo comme GPS, ce n’est pas un outil suffisant à lui seul pour la locomotion.

Le mode GPS comprend trois fonctions : « grands axes du trajet », « transports en commun (métro, rer et tramways) » et « lecture de cartes » (nécessite une excellente représentation mentale des lieux).

Le GPS en utilisation durant des déplacements possède deux fonctions :

 1. le mode « où suis-je » permet de connaître sa localisation dans telle ville, telle rue. Deux utilisateurs, détenteurs d'un Kapteo, soulignent la difficulté de sa connexion avec les satellites. Elle est très souvent insuffisante et ne permet pas le repérage de leur localisation.

 2. la navigation libre où le Kapteo indique à chaque carrefour quelles sont les rues qui se croisent et permet une représentation mentale du lieu.

 

Il faut noter que le Kapteo fonctionne avec une connection bluetooth et non pas par radio. En conséquence, la télécommande qu'il inclut ne déclenche pas tous les feux sonores, cela dépend de leur fournisseur, de la ville où l'on se trouve etc.

 

Le Kapteo coûte 299 euros avec une seconde batterie, un chargeur secteur, un haut parleur et un écouteur. Il est garanti un an. Les mises à jour des cartes sont payantes.

 

Plus d’informations sur le site d'EO-GUIDAGE: eo-guidage.com 

EO-GUIDAGE : 95/97 Boulevard du Parc d’Artillerie 69007 Lyon - Tél : 04 72 53 98 26

 

 

 

L’iPhone smartphone à utiliser ?

Emmanuel Coutris, utilisateur depuis un an de l'iPhone d'Apple nous en a fait la démonstration.

 

Comment accéder à un écran tactile en l’absence de repère comme c'est le cas sur un clavier ?

Une synthèse vocale VoiceOver est intégrée dans les iPhone à partir de la version 3GS. VoiceOver fonctionne en utilisant des gestes prédéterminés : balayages de droite à gauche ou inversement, ou pointages sur l’écran. Pour valider sur un élément, il faut cliquer en appuyant deux fois de suite très rapidement avec un doigt sur l'écran. VoiceOver intègre beaucoup d'autres gestes pour passer des commandes : balayage avec 2, 3 doigts, cliqué avec deux doigts etc. Les commandes tactiles sont personnalisables. La synthèse vocale peut faire la lecture à la demande mot par mot, caractère par caractère etc. Cela aussi bien pour les messages reçus que ceux que l’on envoie.

 

Utilisation du téléphone :

 - Comment décrocher ou raccrocher ? La commande est la même : il suffit de cliquer deux fois n’importe où avec deux doigts sur l'écran.

 - Comment composer un numéro ? Il convient pour cela de choisir entre 5 onglets, figurant dans 4 cases du bas de l'écran : Favoris, appel, contact, clavier et messagerie. Pour composer un numéro qui n’est pas enregistré, l’équivalent d’un clavier téléphonique apparaît à l’écran. L'usager glisse les doigts sur les numéros pour les entendre lus et valide en cliquant deux fois sur le numéro souhaité. Un autre mode de sélection utilisable avec une bonne connaissance du clavier, consiste à poser brièvement le doigt sur la touche ou le chiffre voulu.

 - Comment écrire des SMS ou mails ? Différents onglets apparaissent à l’écran lorsque l'utilisateur valide sur messagerie : nouveau message, champ de texte etc. Un clavier azerty apparaît à l'écran. Une des touches permet de passer sur un clavier de ponctuations et un clavier de chiffres. Une correction automatique est active par défaut dans la frappe des messages.

 

La connexion de l’iPhone avec un clavier Braille : Il est possible de connecter un clavier Braille qui supporte le Bluetooth. Des réglages sont nécessaires sur la plage braille pour assurer la bonne connexion par Bluetooth avec l’iPhone et que la clé soit commune entre les 2 appareils. Toutes les commandes peuvent ensuite être passées avec le clavier Braille. La saisie est imposée à partir du clavier Braille, le clavier Azerty de l’iPhone n’apparait plus sur son écran. Il est possible de désactiver VoiceOver et de tout commander seulement avec le clavier Braille.

 

Il existe une version du Kapten pour iPhone. L’application « Plan » est intégrée dans l’iPhone et permet de préparer des itinéraires. Une application permet le calcul des trajets en transport en commun.

 

Accès à Internet : Des applications remplacent et simplifient de nombreux sites Internet et permettent un accès plus aisé à leur contenu. L'appréhension des pages Internet est très différente avec l’iPhone par rapport à Jaws. La navigation avec les doigts sur l’écran permet de repérer la position des liens.

 

Exemples d'autres applications:

- utilisation comme GPS avec l’application « Plan » ou une version iPhone de Kapten,

- prise de note,

- synchronisation de l'iPhone avec un ordinateur,

- application d'environ 20 euros qui permet de scanner un document et d'en obtenir la lecture.

 

L’avantage de l’iPhone est souligné pour les personnes qui se déplacent beaucoup et peuvent ainsi avoir partout accès à toutes ses applications.

Siri est une reconnaissance vocale intégrée dans l’iPhone à partir du modèle 4S. Elle sert à la fois à dicter des textes et à passer des commandes.

 

CECIAA, SFR et Handicapzero proposent une formation aux déficients visuels sur les iPhones.

 

 

LES DIX ANS DU SISU

Par Christian Poncin

 

Le mercredi 14 novembre dernier, le SISU, Service d’Insertion Scolaire et universitaire a fêté ses dix ans à La Maison de l’Etudiant, sur le campus de Lettres à Nancy. Monsieur Louis Bonet, président du GIHP, a ouvert la fête par un discours magistral, témoignant comme chaque fois qu’il s’exprime, d’un sens aigu de la dignité des personnes handicapées et d’une vaste culture. Puis ont pris la parole Monsieur Michel Robert, représentant du président de l’Université de Lorraine et enfin monsieur Jean-Marc Marchal, inspecteur pédagogique régional, conseiller technique ASH (Adaptation Scolaire Handicap) auprès de Madame la rectrice. Ce dernier a rappelé l’engagement de l’Education Nationale pour l’intégration des élèves handicapés à tous les niveaux de l’enseignement.

Dans un souci d’optimisation, fin 1998, les responsables des Universités de Nancy ont demandé aux divers acteurs associatifs venant en aide aux étudiants handicapés de mutualiser leurs actions afin de présenter globalement leurs demandes de subventions aux instances universitaires. Trois associations, l’AGI pour les handicapés moteurs, le CESENS-Est pour les handicapés de l’ouïe et le GIAA ont alors créé le SISU, officiellement reconnu en 2002.

En dix ans, le SISU a aidé un grand nombre d’étudiants à réussir leurs études, aussi bien en leur fournissant des documents en écriture braille, qu’en les aidant dans leurs travaux en bibliothèque ou sur les supports informatiques, en prenant des notes pour ceux qui ne peuvent écrire seuls durant les cours, en proposant l’aide d’interprètes pour ceux qui ne peuvent communiquer seuls...

A ce volet couvrant les années de formation, s’est peu à peu ajouté un volet d’aide pour l’accès à l’emploi, pour l’organisation des stages en entreprise.

A deux reprises, Dominique Boucherat a présidé le SISU qui a suivi, durant l’année universitaire 2011-2012, en Lorraine, 143 étudiants handicapés, dont 18 handicapés de la vue. Longue vie au SISU !

 

 

 

LES CONTEUSES DU GIAA de Lorraine

Par Christian Poncin

 

Il y était une fois, dans un théâtre de poupées, six aimables conteuses qui contaient, contaient à l’infini. Que peuvent faire des conteuses, sinon conter ?

Il y avait Isabelle et son manteau, Dominique et son petit sapin, Gilberte et son oranger magique, Michèle et son arbre à oiseaux, Danielle et sa chance, Pascale et sa petite robe en soie, enfin Claudine et sa petite moufle rouge. La magie des voix, le verbe enchanteur ont ouvert toutes grandes les portes du paradis à ceux qui savent se laisser emporter sur les ailes de la poésie.

Le jeudi 6 décembre à 18 heures, au Petit Théâtre de la manufacture, « Les Joyeuses Conteuses » qui ont déjà réjoui nos oreilles par leur prestation de qualité après l’AG du GIAA se sont à nouveau produites sur scène. La qualité de leur diction, la sûreté de leur mémoire ont fait merveille : grand merci à elles d’avoir offert ce moment privilégié d’art et de convivialité à 64 paires d’oreilles charmées et attentives. C’était, avant l’heure, l’atmosphère des contes de Noël.

Vous voulez vous aussi vous laisser emporter : venez quand elles monteront à nouveau sur scène, vous ne le regretterez pas. Nous ne manquerons pas de vous avertir du jour, de l’heure et du lieu de leur nouvelle prestation.

 

 

 

 

La Course des Héros : le GIAA de nouveau en lice

Logo de la Course des Héros.Pour la première fois l’année dernière, le GIAA avait décidé de participer à la Course des Héros qui se déroule au Parc de Saint Cloud. Avec 12 coureurs sur la ligne de départ soutenant le GIAA, cet évènement solidaire a permis de financer plusieurs projets grâce aux sommes récoltées par les coureurs via leur page de collecte : intégrations de livres au format DAISY pour le lancement de la BNFA (Bibliothèque Numérique Francophone Accessible) et accompagnement de plusieurs candidats déficients visuels dans leur recherche d’emploi ou de formation via le Club Emploi.

Cette année, le GIAA reprend la course le 16 juin prochain et souhaite mobiliser plus de coureurs afin de soutenir le développement de l’édition jeunesse adaptée : poursuivre l’adaptation de la revue jeunesse Je Lis Déjà en braille, gros caractères et audio, et réaliser de nouveaux ouvrages adaptés pour les enfants déficients visuels et leurs parents.

 

Comment participer ?

Vous pouvez apporter votre contribution en vous inscrivant en tant que coureurs ou en soutenant nos héros, via leur page de collecte. Toutes les informations et liens sont disponibles sur notre site internet : www.giaa.org .

 


retour au sommaire

Culture et Loisirs

tableau d'Adelio SarroNous avons testé pour vous l’exposition « Toucher pour voir » d’Adélio Sarro

 

Le travail de l’artiste Adélio Sarro s’inscrit dans une démarche altruiste et sociale. A travers ses expériences passées et les difficultés rencontrées durant son enfance en milieu agraire, il interroge les souffrances de l’homme face à son environnement social et forme ainsi ses préoccupations d’artiste.

Le projet artistique et audacieux de présenter une exposition à destination des personnes malvoyantes ou aveugles n’est donc pas le fruit d’un hasard, mais bel et bien le résultat d’une démarche volontaire de rencontre avec l’autre, une revendication d’égalité et de partage commun.

 

Au-delà des propriétés émotionnelles et anthropologiques de ses peintures, Adélio Sarro s’efforce de rendre son travail accessible en stimulant la perception tactile. L’artiste développe alors sa propre méthode pour amener les personnes aveugles ou malvoyantes à l’expérience de ses peintures par la lecture en braille des légendes inscrites sur chacun de ses tableaux. Les visiteurs peuvent également toucher les peintures et éprouver les figures et les couleurs, représentées par les différentes textures et reliefs qui composent ses tableaux.

 

Adélio Sarro est né en 1950 à Andradina, Etat de Sào Paulo au Brésil.

Malgré les difficultés auxquelles il se heurte, Adélio Sarro suit une formation artistique à São Paulo avant de travailler comme illustrateur d’affiches publicitaires.

En 1972, il décide de devenir peintre. Quelques temps plus tard, il réalise sa première exposition individuelle en réunissant quelques toiles de paysages agraires.

 

L’exposition vue par trois élèves de troisième de l’Institut des Jeunes Aveugles :      

Maxime : « J’ai trouvé que c’était intéressant comme idée. J’ai aimé lire ce qui était écrit en braille. J’ai aussi aimé toucher les tableaux mais je ne les ai pas compris. Je suis totalement aveugles alors je ne vois pas les couleurs. »

 

Rabia : « Ce qui m’a plu, c’est la description, sur une feuille écrite en braille à côté du tableau, qui nous expliquait ce qui était sur le tableau. Au toucher, on sent mais on ne peut pas trop deviner ce que c’est. Alors, c’est la description qui nous donnait l’idée de ce qui était sur le tableau. Des fois je m’aidais du visuel pour distinguer des détails. Mais avec les doigts on ne sentait pas grand-chose. Pour voir les personnages, ça dépendait des couleurs. Si elles étaient bien éclairées ça allait. Mais il n’y avait pas assez de lumière pour moi. Il ne faisait pas beau le jour de notre visite et les couleurs ne me paraissaient pas assez vives pour ma vue. »

 

Gaëtan : « J’ai trouvé que c’était une bonne idée ces tableaux. Mais ils auraient dû être plus simples, moins chargés car c’était dur de se repérer. Les traits étaient trop confus et le peintre a voulu y mettre trop de détails. Du coup, ça a donné le contraire de ce qui aurait été bien pour nous. Il y avait des petits points, des petits ronds, des traits et tout ça voulait représenter des personnages. C’était sympa, mais c’était plus du tactile à regarder qu’à toucher.

Le panneau avec le descriptif à côté de chaque toile était intéressant, mais il aurait fallu qu’il soit sur un panneau incliné car le braille est difficile à lire en hauteur sur un mur. »

 

L’exposition vue par Marie-Renée Hector :

« Lorsque j’ai reçu une invitation en braille concernant le vernissage de cette exposition, j’ai tout de suite été intéressée par la démarche de l’artiste qui m’était d’ailleurs inconnu. Ne sachant pas du tout à quoi m’attendre, j’y suis allée avec le désir de découvrir et l’espoir d’être surprise. Les mots « peinture » et « non voyant » lorsqu’ils se trouvent aussi fortement liés l’un à l’autre, me font toujours éprouver une certaine forme d’amer scepticisme. Ma malvoyance s’étant désormais acheminée vers la cécité totale, j’acquière  chaque jour un peu plus la certitude que la perception des couleurs et de la lumière, entre autres, n’est pas remplaçable. Leur absence, inséparable du visuel, ne peut être que compensée… ou atténuée, ou substituée. Bref, j’ai voulu aller voir cette exposition avec des doigts tout neufs.

Je découvris d’abord l’histoire liée au premier tableau, puis les premières légendes : un petit carré en relief au-dessus d’une inscription indiquant sa signification en braille comme l’histoire elle-même. Je pensais que certaines légendes étaient trop semblables les unes aux autres mais j’étais encore assez enthousiaste.

Malheureusement, mon enthousiasme retomba rapidement. En effet, sans la couleur, il m’était difficile de concevoir où commençait et s’achevait un personnage, d’imaginer ce qui figurait devant ou à côté du personnage bien que j’aie lu l’histoire et la description du tableau auparavant.

De plus, certains points du relief figurant sur le tableau m’arrachaient les doigts. Bien que les légendes fussent claires, une fois toutes rassemblées pour former le tableau, l’ensemble ne m’évoquait quasiment rien et je n’avais absolument pas envie de me faire décrire un tableau que j’étais supposée pouvoir percevoir seule. Sans aucune couleur, le tout était fort décevant.

J’ai donc dû me résoudre à me faire décrire certains des tableaux. Je peux concevoir que, pour des malvoyants, la vivacité des couleurs créant de forts contrastes, puisse rendre le tableau agréable à l’œil et très perceptible. Mais, pour une personne totalement non-voyante, quels que soient le désir d’élargir l’accessibilité de l’art et le travail de recherche de la démarche humaine du peintre, il n’y a pratiquement rien de vraiment perceptible sur ces tableaux.

Que l’artiste me pardonne cette affirmation finale. Je suis sortie de la galerie avec les doigts endoloris et une frustration certaine.

Toutefois, je lui adresse mes sincères remerciements pour avoir pris cette initiative. Elle est excellente pour les très malvoyants.

 

 

 

Sélection de spectacles en audiodescription

Au Théâtre de l'Odéon

Le Misanthrope de Molière

mise en scène Jean-François Sivadier

durée : 2h45

- dimanche 26 mai 2013 à 15h

- dimanche 2 juin 2013 à 15h

 

Arriver une demi-heure avant le début du spectacle afin de retirer le casque et  le programme et de prendre le temps, une fois installé, en salle d'écouter les premières informations sur la mise en scène, les décors, les costumes.

Les représentations avec audiodescription simultanée individuelle sont proposées en partenariat avec l'association Accès Culture.

 

Contact

Pour réserver et organiser votre venue lors des spectacles en audiodescription, merci d’indiquer le nombre de casques souhaités et, si nécessaire, vos préférences en placement de salle (bout de rang si vous êtes accompagnés d'un chien-guide ou dans les premiers rangs si vous êtes malvoyants).

Carole Julliard : 01 44 85 40 88 – mail : carole.julliard@theatre-odeon.fr

LE PLUS du Théatre de l’Odéon :

Vous avez également la possibilité d’assister à d’autres représentations avec audiodescription simultanée par un étudiant comédien à vos côtés en collaboration avec les Souffleurs d'images.

Les descriptions de spectacles individualisées vous sont offertes grâce à des étudiants de théâtre. Ce concept proposé tout au long de la saison est offert en partenariat avec le Centre Ressources Théâtre Handicap.

 

Contact pour réserver votre Souffleur : 01 42 74 17 87

Pour réserver et organiser votre venue lors des spectacles en audiodescription individuelle contacter Carole Julliard au 01 44 85 40 88 ou par mail : carole.julliard@theatre-odeon.fr

 

 

Soirées naturellement accessibles - Les bibliothèques de l'Odéon :

Certaines soirées contiennent peu d'éléments visuels comme les soirées de lecture, les rencontres, les émissions philosophiques ou encore les concerts. L’Odéon-Théâtre de l’Europe a souhaité inscrire dans son programme des activités permettant de vivre le théâtre autrement. Un important cycle de lectures, rencontres et débats dédié à la littérature, à la philosophie et bien sûr au théâtre, sont réunis sous le titre générique des Bibliothèques de l’Odéon.

 

Scènes imaginaires - 28 janvier 2013 à 20h

La Scène imaginaire d'Alain Françon - Animée par Arnaud Laporte

Assistez à des «conversations» avec de grands metteurs en scène européens, présents cette année dans la programmation de l’Odéon, et interrogés sur les repères et références qui ont marqué leur itinéraire artistique. Il y sera question de littérature, de philosophie, de musique, de peinture et de cinéma. Des lectures de textes, issus des bibliothèques de nos invités, éclaireront ces portraits. Toutes ces rencontres seront diffusées sur l’antenne de France Culture.

 

 

L'Amitié dangereuse - 19 janvier 2013 / 15h00

Montaigne, la Boétie et le deuil de soi - Animé par Raphaël Enthoven

Comment se fait-il que les philosophes aient si peu parlé d’amitié ? À quel malentendu doit-on un silence qui court, quasiment, de l’Antiquité jusqu’à Montaigne ? Est-ce parce que l’amitié n’est pas une vertu chrétienne mais héritée du paganisme ? Et si l’amitié, cette évidence, ce communisme à deux, était plus dangereuse qu’on ne pense ?

C’est de ces questions, entre autres, qu’il s’agira de ne pas répondre lors des six rencontres que France Culture organisera au Théâtre de l’Odéon de janvier à avril 2013. Toutes ces rencontres seront diffusées sur l’antenne de France Culture.

 

 

Exils

En présence d'auteurs ou de personnalités du monde artistique, écrivains ou cinéastes, Paula Jacques abordera l'œuvre d'auteurs- vivants ou disparus – pour lesquels l'exil aura tenu une place singulière et fondatrice.

Ponctuées par des lectures confiées à de grands comédiens et des documents sonores, ces rencontres mettront en lumière des proximités de pensée et de sensibilité qui, au delà des contingences du temps, peuvent se tisser entre écrivains, même s'ils ne se sont, pour la plupart, jamais rencontrés.

Ce cycle de dix émissions sera diffusé sur l’antenne de France Inter.

Pour en savoir plus consulter le site internet du Théâtre.

 

Ø       Contact

Lors de votre réservation, il est nécessaire de nous prévenir afin de faciliter votre venue et votre placement : 01 44 85 40 40.

 

Informations pratiques

Théâtre de l’Odéon

Entrée du public : Place de l'Odéon – 6e

Métro : Odéon - RER B: Luxembourg - Bus : 63, 87, 86, 70, 96, 58.

Parkings : rue Soufflot, Place St Sulpice, rue de l'Ecole de Médecine.

Vélib' stations 6028, 6017, 6016

 



 

 

Au Théâtre de La Colline :

         Les Criminels de Ferdinand Bruckner

Représentations audio-décrites :

Photo de la pièce Les Criminels

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dimanche 17 février à 15h30 & mardi 26 février à 19h30

Présentation de la maquette du décor : mardi 26 février à 18h

 

Ferdinand Bruckner fut en son temps, celui de la République de Weimar, un auteur célèbre et polémique autant qu’inventif. Dans un même immeuble, Les Criminels dévoilent d’étage en étage une micro-société où se multiplient des “crimes” en tous genres : un maître chanteur menace de dénoncer un jeune homosexuel, une étudiante désargentée porte un enfant qu’elle donnera à une autre femme... Tous se retrouvent ensuite au tribunal : les plus châtiés sont- ils les plus coupables ? La belle mise en scène de Richard Brunel met au centre la question de la justice.

                                                                              photo © Jean-Louis Fernandez

 

 

Affiche Solness le constructeurSolness le constructeur de Henrik Ibsen

Représentations audio-décrites :

Mardi 2 avril à 19h30 & dimanche 7 avril à 15h30

Présentation de la maquette du décor : mardi 2 avril à 18h

 

À ses personnages de prédilection, Ibsen a fait cadeau d’une nécessité impérieuse: “se réaliser soi- même dans la conduite de la vie”. Ce but, Solness paraît l’avoir atteint à la fin d’une brillante carrière – mais à quel prix? Derrière la façade, sa vie est une lutte permanente contre la culpabilité. Et voici que surgit de son passé une jeune fille qui veut le rappeler à ses idéaux... Après Petit Eyolf, le théâtre d’Alain Françon rencontre à nouveau le théâtre d’Ibsen à l’endroit de sa radicalité.

   photo © DR La Colline

Tarif préférentiel :

en abonnement 12 € la place

hors abonnement : 20 € la place (au lieu de 29 €)

14 € pour les moins de trente ans et les demandeurs d'emploi, valable également pour les accompagnateurs

 

Renseignements :

Christelle Longequeue au 01 44 62 52 12 ou par mail : c.longequeue@colline.fr

Si vous désirez bénéficier d'un dispositif particulier d'accès au spectacle, merci de le signaler lors de votre réservation.

 

La Colline - théâtre national

15 rue Malte-Brun - Paris 20e – (métro Gambetta)

www.colline.fr  

 

 

 

Au Théâtre du Capitole :

Albert Herring de Benjalin Britten

Albert Herring, garçon d’épicerie et avatar du simple de village, est couronné à la place de la Reine de mai en l’absence d’une jeune fille méritant d’être récompensée pour ses vertus. C’est après une mystérieuse virée, dont le récit est plein de sous-entendus, qu’Albert Herring, se voit enfin respecté par les villageois et par sa mère.

Représentations audio-décrites :

01/02/2013 à 20h00 (visuel)

03/02/2013 à 15h00 (visuel)

Infos tarifs et réservations :

TARIF : 29,40 €

 

Réservations auprès de Dominique Terrier par téléphone au 05.67.73.84.50 ou par mail : dominique.terrier@capitole.toulouse.fr

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d'audiodescription dont vous avez besoin, ainsi que la présence éventuelle d'un chien-guide.

 

Théâtre du Capitole
BP 41408 - 31014 TOULOUSE Cedex 6

Adresse : 3, place du Capitole 31000 TOULOUSE

 

 

 

Au Célestins, Théâtre de Lyon :

La Mouette de Anton Tchekhov

 

La jeune héroïne rêve de devenir comédienne. Treplev rêve de séduire Nina. Arkadina rêve de retenir le temps et Trigorine, son amant, lui aussi dramaturge, qui rêve de jeunesse et fuira bientôt avec Nina. Tchekhov compose ici un grand cabaret de l’existence. Chaque personnage y va de son numéro.

Représentation audio-décrite :

03/02/2013 à 16h00 (visuel)

Infos tarifs et réservations :

TARIF : de 10 à 20 €

 

Réservations auprès du Service réservations par téléphone au 04.72.77.40.00 ou par mail : billetterie@celestins-lyon.org

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d'audiodescription dont vous avez besoin, ainsi que la présence éventuelle d'un chien-guide.

 

Célestins, Théâtre de Lyon

4 rue Charles Dullin -  69002 Lyon

Accueil : Place des Célestins du mardi au samedi de 12h15 à 18h45  

 

 

 

 

Musée départemental du Textile

Situé aux confins du Tarn et de l’Hérault, le Musée départemental du Textile, géré par le Conseil général du Tarn, témoigne de la richesse d’un savoir-faire et d’un patrimoine industriel du département du Tarn.

L’activité économique de Labastide Rouairoux résulte d’un long savoir-faire dans le tissage d’étoffes de laine qui s’est développé depuis le XVIème siècle le long de la vallée du Thoré.

Les collections du musée présentent les techniques de la laine cardée depuis la transformation de la matière première jusqu’au tissu.

La visite est animée par des démonstrations assurées par l’équipe du musée qui vous transmettra toute sa passion du métier.

Le Musée départemental du Textile conserve de nombreux échantillons textiles (matières, fils, tissus) datant de 1880 à nos jours, véritables sources d’inspirations pour les stylistes.

La visite du musée est désormais adaptée au public déficient visuel grâce à la mise à disposition de carnets en braille et gros caractères présentant également des dessins en relief et couleurs contrastées.

 

Le Musée départemental du Textile

Rue de la Rive - 81270 Labastide Rouairoux                                                                                             photo © DR Musée Départemental du Textile

Téléphone : 05 63 98 08 60 – Mail : Musee.textile@cg81.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre mémoire et création - Ecomusée – Tuilerie de Pouligny

Aux confins nord du Limousin, il y a quelque chose d’étonnant à découvrir ! C’est ainsi que pourrait commencer l’histoire du voyage initiatique que vous propose l’écomusée de la Tuilerie de Pouligny.

Installé dans une clairière, sur le site d’une ancienne tuilerie artisanale ; sur la commune de Chéniers, c’est tout un monde qui reprend vie devant vous et vous entraîne à voyager dans votre mémoire à la rencontre de vos racines.

Vous y découvrirez comment les savoir-faire anciens, sont aujourd’hui conservés, enseignés et utilisés pour faire du neuf et du « tendance » avec des gestes ancestraux.

Au contact de guides, toute l’histoire des campagnes creusoises et du travail laborieux des maîtres tuiliers-briquetiers et potiers vous sera contée.

Cette visite de l’Ecomusée est désormais accessible au public déficient visuel grâce à la mise à disposition d’un carnet d’aide à la visite comprenant textes descriptifs et dessins en relief ou couleurs contrastées.

 

Ecomusée - Tuilerie de Pouligny

Chemin des Tuiliers - 23220 Cheniers

Tél 05 55 62 19 62 – Mail : ecomusee@tuilerie-pouligny.com

www.tuilerie-pouligny.com

 

 

 

 

Visite de Blesle adaptée au public déficient visuel

Photo du villageCe charmant petit village de Haute-Loire se trouve à proximité du Cantal et du Puy-de –Dôme. Riche d’un important passé remontant au Moyen-âge, la cité a su en conserver de nombreux vestiges d’un patrimoine diversifié.

Implanté dans une étroite vallée, Blesle est dominé au nord par des coteaux et à l’est par les orgues basaltiques du massif du Cézallier. Ce pays dit coupé, se compose de différents types de paysages : fonds de vallée, coteaux et plateaux. Il en résulte un micro-climat spécifique qui a influé sur la vie et les traditions du village.

Blesle, qui a su préserver son caractère, bénéficie de remarquables atouts patrimoniaux et architecturaux. Classée parmi les plus beaux villages de France, cette cité est également membre de la fédération des Sites Clunisiens.

Mais c’est surtout un endroit touristique, convivial où il fait bon vivre dans le calme, près de la nature, tout en profitant de tous les services de proximité.

La visite de la ville désormais adaptée au public déficient visuel grâce à la mise en place d’un texte de visite adapté et audioguidé ainsi que de carnets de dessins en relief ou couleurs contrastées.

 

Commune de Blesle

Place de la Mairie - 43450 Blesle

Téléphone : 04 71 76 20 75 – Mail : mairie.de.blesle@wanadoo.fr

www.blesle.fr

 

Office du tourisme

Place de l’Eglise - 43450 Blesle

Téléphone : 04 71 76 26 90 – Mail : blesle.ot@orange.fr

www.tourismeblesle.fr

 

 

 

 

LE PUY EN VELAY : Patrimoine mondial de l’UNESCO – La ville départ vers Saint-Jacques de Compostelle

Au sud-est du Massif Central, point de départ de la « Via Podiensis » vers Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, le Puy-en-Velay est avant tout un site exceptionnel, préservé des atteintes du temps, à l’environnement privilégié.

De taille humaine, centre d’une agglomération de 60 000 habitants, c’est un carrefour commercial, administratif, culturel et sportif important dont le dynamisme rejaillit sur l’ensemble de la Haute-Loire.

Lieu de séjour et de congrès, cette cité d’art et d’histoire offre un cadre parfait pour la pratique des activités culturelles et de pleine nature.

Véritable chasse au trésor, la visite de la ville vous invite à découvrir la haute ville et ses monuments : la cathédrale et l’hôtel-Dieu (inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1998), la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe, le cloître et son musée d’art religieux, le rocher Corneille et la statue Notre Dame de France.

La visite de la ville désormais adaptée au public déficient visuel grâce à la mise en place d’un circuit audioguidé, de carnets de dessins en relief ou couleurs contrastées.

 

Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay

Service Pays d’art et d’histoire - 2 rue Becdelievre - 43000 Le Puy-en-Velay

Téléphone : 04 71 07 00 00 – Mail : contact@hoteldieu.info

 

Office de Tourisme du Puy-en-Velay :

Téléphone : 04 71 09 38 41 – Mail : info@ot-lepuyenvelay.fr

 

 

 

 

« Yann Le Puits, un auteur à découvrir »

Yann Le Puits, écrivain tourangeau reconnu, vit l'écriture comme une aventure de l'esprit.

En 2011, la Société des Poètes Français lui décerne le Prix Aloysius Bertrand pour son recueil Sous le regard des étoiles.

Ensuite un article de Yann Le Puits, sur Matins bleus, de Jean-Marie Laclavetine, est paru dans la revue Art et Poésie de Touraine, en septembre et décembre 2011. A cela s’ajoute la publication d’une nouvelle de Yann Le Puits, dans la revue Florilège, à Dijon, et de l’article de Christian Amstatt, à propos du recueil Sous le regard des étoiles.

Amblyope, secrétaire de « Signature Touraine » (auteurs et éditeurs en Touraine) et membre de la société des Poètes Français, il dispose d’un blog sur lequel il publie chaque jour un extrait de texte, dans les genres les plus divers : yannlepuits.hautetfort.com .

 

Par ailleurs, un de ses recueils a été publié chez Findakly dans la collection Corps 16. Il s’agit de Reprise des vides.

 


retour au sommaire

LECTURE

 

LE LIVRE DU MOMENT

 

Prix Lire dans le noir

La mort du roi tsongor de Laurent Gaudé

Au cœur d’une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d’un empire immense, s’apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c’est Troie assiégée, c’est Thèbes livrée à la haine. Le roi s’éteint mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée. A son plus jeune fils, Souba, échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux à l’image de ce que fut le vénéré — et aussi le haïssable — roi Tsongor.

 

 

 

Editions Gros Caractères

 

Nouveautés Feryane       

 

Une vie en plus de Janine Boissard

Qu’arrive-t-il à Adeline ? A trente-neuf ans, elle abandonne une brillante carrière pour devenir femme au foyer. C’est qu’elle n’a jamais pris le temps de profiter d’un mari tendre et aimant, de voir grandir Adèle, Eugène, Elsa, ses trois craquants ados ; elle a décidé de s’offrir une pause pour mieux les suivre, les aimer.

Mais c’est l’aventure qui l’attend avec la rencontre de Mathis, talentueux musicien, avec lequel elle réalisera un rêve d’enfant. Et si cette « vie en plus » recelait un piège pour les siens, de l’amour en moins ?

Attention, Adeline, danger !

 

 

 

 

 

Je vois des jardins partout de Didier Decoin

 

Je vois des jardins partout« Je ne suis sans doute qu’un jardinier-usager, un jardinier-profiteur, un jardinier-jouisseur. Je vais le nez en l’air et mains dans les poches, au gré des allées d’herbe fraîche qui sinuent entre les euphorbes, les massifs d’iris, les grandes pivoines et les fougères du Sous-Bois des Amoureux. »

Suivons l’auteur dans sa déambulation parmi des souvenirs de jardiniers qui l’ont enchanté, et parfois bouleversé.

 

 

 

 

 

 

Sous haute tension de Harlan Coben

Sous haute tensionVous pensiez tout connaître de Myron Bolitar ? Détrompez-vous !

Le maître de vos nuits blanches entraîne le plus célèbre agent de stars dans une enquête diabolique, à la recherche d’un frère disparu depuis seize ans.

Une ancienne gloire du tennis harcelée sur le net. Un groupe de rock mythique aux abonnés absents. Un couple en pleine crise. De douloureux secrets de famille qui remontent à la surface…

Chantage, vengeance, meurtres… Et si de beaux mensonges valaient mieux qu’une monstrueuse vérité ?

 

 

 

Nouveautés Editions de La Loupe

 

Volte face (Tome 1 et 2) de Michael Connelly

Volte face (Tome 1)Mickey Haller, avocat, est bien plus habitué à travailler à la défense ! Aussi lorsque le procureur du comté de Los Angeles lui demande de plaider l’accusation, Haller engage Harry Bosch et son ex-épouse, Maggie Mc Pherson, afin d’enquêter pour lui.

L’accusé ? Jason Jessup, incarcéré depuis 24 ans pour le meurtre d’une fillette. Un récent test ADN semble innocenter cet homme, qui vient d’être libéré sous caution en attendant une révision du procès.
Mais Haller est certain de la culpabilité d’un Jason Jessup qui triomphe en public le jour et se livre à des activités bien peu recommandables la nuit.

 

 

 

 

Un vrai jeux d'enfant de François-Xavier Dillard

Un vrai jeux d'enfantParfois le coup du siècle ressemble à un vrai jeu d’enfant :

Une étudiante fauchée doit transporter, incognito, des bijoux dont on doit faire des copies destinées à être exposées en vitrine, une bande mal assortie de truands décide de s’emparer du butin, et un flic désireux de faire mousser sa carrière entreprend de les prendre la main dans le sac.

Oui, mais…

Au fil des chapitres, chacun des protagonistes livre sa version des faits et cela donne un premier roman dont la tension monte crescendo, sans pitié pour un lecteur qui n’a plus qu’un objectif : aller jusqu’au bout pour savoir !

 

 

 

 

Les retraités sont débordés de Sylvie Durepaire-Fournier

Les retraités sont débordésA travers un recueil de témoignages vifs et toniques, Sylvie Durepaire-Fournier approche avec sensibilité cette période délicate qu’est le passage à la retraite.

Elle nous offre des portraits de personnes de milieux sociaux et professionnels très différents, se met à l’écoute de chacun pour restituer son parcours et ses aspirations.

Certains sont à la retraite depuis longtemps, d’autres s’apprêtent à sauter le pas.

Certains sont heureux de pouvoir (enfin) simplement bricoler dans leur jardin, d’autres s’essayent au cinéma.

Sans prétendre être un guide de la retraite idyllique, ce livre nous propose diverses pistes pour vivre cette étape de façon positive et remplie.


retour au sommaire

Courrier 

 

 

Jacques Guy Saint Araille, soutien du GIAA

« J’ai été pendant de nombreuses années un lecteur de livres sur cassettes audio. J’ai dû abandonner lorsque vous avez changé, en utilisant un système par ordinateur que je n’avais pas (mais que j’ai à présent).

Toutes mes félicitations pour Marie et Marie-Renée, je vous adresse ma fidèle amitié et mon excellent souvenir. »

 

Fidèle soutien du GIAA, il nous a dédié cette chanson que nous souhaitons partager avec vous :

« Dis-moi, l’ami, comment vas-tu ?

Toi, qui, depuis longtemps, n’a plus

Les yeux pour te guider le jour

Et dont le cœur est plein d’Amour.

Si tes jours ressemblent à tes nuits,

Le soleil caresse ta peau

Et, pour toi, le chant des oiseaux

Est une douce symphonie.

 

A mes amis du GIAA »

 

En savoir plus :

Jacques Guy Saint Araille est aussi compositeur, auteur et interprète. Il est membre du CRPA (Club des Retraités Poètes Amateurs) depuis 1993. Il a composé plus de 85 chansons dont «  Pour toi j’aurais chanté » d’Emily COUSYN CAMPAGNE et mis en musique sur cassette quatre textes de Serge DELEFOSSE ainsi que « La Babouche et le Pied-Noir » de Christian WEBEL.

 

 

 

Revue de l’Association  des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA)

Revue trimestrielle

5, avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris

Téléphone : 01 47 34 30 00

Site internet : www.giaa.org                                     Courriel : giaa@giaa.org  

Directrice de la publication : Marie-Renée HECTOR

Rédacteur en chef : Nathalie Sassier

Comité de rédaction : Paul Allard, Marie de Saint-Blanquat, Marie-Renée Hector, Pierre Marragou, Alain Masson, Marie-Christine Mouttet, Nathalie Sassier, Stéphanie Zoccola

Maquettiste : Stéphanie Zoccola

Coordination transcription supports adaptés : Stéphane Guasson

Correction typographie : Sophie Chéreau, Claire Paris

Abonnements : GIAA

IMPRESSION GIAA

ISSN : 1772-4031

retour au sommaire

 

Nos délégations

 


GIAA Alsace

14 A rue de Mulhouse - 67100 Strasbourg

Tél. : 03.69.09.22.31

Mail : contact.alsace@giaa.org  

 

GIAA Aquitaine

14 rue de la Réole - 33800 Bordeaux

Tél. : 05.56.31.48.48

Mail : contact.aquitaine@giaa.org   

 

GIAA Auvergne

35 avenue Franklin Roosevelt

63000 Clermont-Ferrand

Tél. :04.63.79.70.55

Mail : contact.auvergne@giaa.org    

 

GIAA Centre

288 Chemin Lucien Bonneau

18100 Mery-sur-Cher

Tél. : 02.48.71.27.18

GIAA Ile de France

5 avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris

Tél. : 01 47 34 30 00 – Mail : giaa@giaa.org

 

GIAA Lorraine

BP 23703 - 54097 Nancy Cedex

Tél. : 03.83.27.70.33

Mail : contact.lorraine@giaa.org  

 

GIAA Paca-Corse

Le Placer A - 72 avenue Benoît Malon

83100 Toulon

Tél. : 04.94.36.77.48

Mail : contact.paca-corse@giaa.org

 

GIAA Pays de Loire

109, rue Eblé - 49000 Angers

Tél. : 02.41.86.13.25

Mail : contact.paysdeloire@giaa.org


retour au sommaire

 

Services du GIAA

Services audio :

- La Librairie Sonore = propose plus de 5600 titres enregistrés sur CD DAISY

- Le Kiosque Sonore = service d’abonnement presse à 19 revues.

- L’enregistrement à la demande

 

Services Braille et gros caractères :

- Transcription à la demande de tout document, ouvrages, document professionnel…

- Revues jeunesse et adulte

 

La lecture directe :

Le GIAA met en contact la personne aveugle ou malvoyante avec un bénévole voyant. Le rôle du bénévole est d’assister pour la lecture : rechercher puis feuilleter des livres dans une bibliothèque, lire des documents manuscrits ou polycopiés, le courrier…

 

Un Club Emploi :

Le Club Emploi du GIAA propose un accompagnement individuel personnalisé, centré sur la spécificité de la personne déficiente visuelle en situation de recherche d’emploi.

 

La revue du GIAA : Le QSLD

Le « Qu’on se le dise » est proposé en 5 versions : en noir, en gros caractères, en braille, en CD audio (format DAISY) et en version électronique téléchargeable (se reporter au bulletin d’abonnement).

 

Les boutiques du GIAA :

Le GIAA dispose pour ses adhérents de boutiques qui proposent, selon les délégations, des méthodes d’apprentissage du Braille, de matériels pour lire et écrire du Braille ou des gros caractères, et divers produits adaptés qui facilitent la vie quotidienne des aveugles et malvoyants (loupes, montres, ...).

retour au sommaire

 

retour au sommaire

Sections du GIAA

-    Amitiés Pouget : regroupe des prêtres, diacres, religieux et religieuses malvoyants ou non voyants. Ils publient la "lettre d'Ananie.  Contact : Marcel Chalaye – 04.76.71.48.60

 

-    GPEAA (Groupement des Professeurs et Educateurs d'Aveugles et Amblyopes) : groupe de professeurs et éducateurs, acteurs sociaux, parents qui travaillent ou vivent pour/avec des personnes aveugles ou malvoyantes. Ils organisent les journées pédagogiques.

 

-    Views France : concerne les jeunes malvoyants et non voyants qui souhaitent faire des échanges et organiser des voyages en Europe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4ème de couverture : annonce des bandes dessinées tintin en version audiodécrites par le GIAA